Les archives du Parti communiste français (PCF) ont été classées « archives historiques » par le ministère de la Culture en mai 2003. Le classement a porté sur deux ensembles complémentaires : les archives conservées au siège national du PCF et la Bibliothèque marxiste de Paris (BMP) qui, à côté de collections d’imprimés et de fonds de personnalités du mouvement ouvrier français, conservait les archives de plusieurs dirigeants communistes.

En décembre 2003, une convention signée entre le Parti communiste et le Conseil général de la Seine-Saint-Denis a débouché sur le dépôt de la totalité des archives constituant le fonds du PCF aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Parallèlement, la réouverture de la Bibliothèque marxiste – recentrée sur la production imprimée du PCF – a fait l’objet d’un projet spécifique.

Jamais encore les archives d’un parti politique n’avaient été l’objet d’une telle procédure, classement par l’État et dépôt dans un organisme public pour y être communiquées, qui valide tout à la fois :

  • La valeur documentaire et historique de ce patrimoine.
  • La démarche affichée et les premiers résultats du traitement des archives initié par le parti communiste lui-même depuis l’annonce publique de leur ouverture en 1993.
  • La collaboration de longue date avec les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis qui, dès 1994, avaient traité des documents sonores du PCF (enregistrements du comité central des années 1950-1960 et de plusieurs congrès nationaux).

L’entrée en vigueur du dépôt et l’ouverture du fonds du PCF au public à Bobigny ont pris effet en juillet 2005. Les archives couvrent la période 1921-1994 et représentent un volume d’un kilomètre linéaire. Le PCF, qui en conserve la propriété, a fixé leur délai de communicabilité en s’alignant sur le cadre réglementaire en usage pour les archives publiques (communication à 25 ans). Mais la reproduction et la publication des documents demeurent soumises à son autorisation.

Lors de la prise en charge du fonds, en vue d’organiser son classement et sa cotation, les Archives départementales ont identifié et distingué :

  • Les archives des organismes statutaires de direction (cotées 261 J 1 à 5).

  • Les archives des structures de fonctionnement et de travail (cotées 261 J 6 à 52).

  • Les fonds personnels constitués par des dirigeants et responsables communistes, ainsi que quelques fonds de personnalités historiques du mouvement ouvrier conservés par la BMP (cotés en série J au fur et à mesure de leur traitement).

  • Des copies microfilmées d’une partie des documents de la SFIC figurant dans les archives de l’Internationale communiste (originaux conservés à Moscou, au RGASPI, centre des Archives d’État russe pour l’histoire sociale et politique, héritier de l’ancien Institut du marxisme-léninisme - IML) (cotés 3 Mi 6 et 7).

  • Des collections et fonds documentaires reçus en don par la BMP et le service des archives du PCF (cotés 261 J 51 et 53).

Sources complémentaires :

  • Documents sonores du PCF et films déposés par l’association Ciné-Archives (voir la rubrique Archives audiovisuelles).
  • Documents figurés du PCF dont collection d’affiches (voir la rubrique Documents figurés).
  • Périodiques du PCF et ouvrages sur le communisme français (voir la rubrique Bibliothèque).


À lire

- Le site des archives -

seine-saint-denis.fr