Associations régionales, nationales et internationales

Action catholique ouvrière – Île-de-France (ACO – RIF), 1949-2007, 11ml, 402 J (instrument de recherche disponible).
L’Action catholique ouvrière (ACO) a été fondée après la Seconde guerre mondiale, avec l’ambition d’évangéliser le monde ouvrier. En 1950, l’assemblée des cardinaux et archevêques de France entérine sa création comme mouvement d’Église et en définit les principes, notamment son caractère essentiellement apostolique. Elle fait partie de la Mission ouvrière – constituée en 1957 - qui regroupe également la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), l’ACE (Action Catholique des Enfants), les PO (prêtres ouvriers), et les religieux et religieuses en monde ouvrier.
L’ACO – RIF a déposé ses archives en février 2009. Celles-ci documentent l’organisation et le fonctionnement de l’association ainsi que la vie de ses comités territoriaux et de ses structures à l’entreprise. Elles contiennent également des bulletins internes et des publications.

L’Appel des cent, 1982-2000, 5 ml, 285 J (instrument de recherche disponible).
Au printemps 1982, cent personnalités, parmi lesquelles figurent Georges Séguy (CGT), le professeur Albert Jacquard, Hervé Bazin, Bernard Lacombe, Claude Piéplu, le professeur Schwarzenberg, Jacques Denis (PCF), décident d’appeler à une marche à Paris pour la paix et le désarmement. Aussitôt après cette initiative couronnée de succès, les personnalités présentes à cette marche conviennent de rester unies pour prolonger leur action. En 2000, l’association opère un rapprochement organisationnel avec le Mouvement de la Paix.
Voir aussi la rubrique Documents figurés.

Association des retraités et futurs retraités de l’Imprimerie nationale, 1933-2013, 0,8 ml, 463 J (instrument de recherche disponible).
Fondée en 1933, cette association de type « Loi 1901 » avait pour but de défendre les droits des retraités de l’Imprimerie nationale. Elle s’est dissoute en 2012, face à la baisse du nombre de ses adhérents et leur insuffisante implication pour dynamiser son fonctionnement et son activité.
Ces archives ont été données aux Archives départementales en 2013. Elles constituent une source complémentaire du fonds de la Commission ouvrière (CGT) de l’Imprimerie nationale (260 J). Voir rubrique Archives syndicales.
N.B. : les Archives nationales conservent les archives de l’Imprimerie nationale sous la cote AJ17.

Association du centre universitaire de coopération économique et sociale (ACUCES), archives d’une action collective de formation dans le bassin houiller lorrain, 1962-1981, 0,8 ml, 269 J (instrument de recherche disponible).
Cette association « loi de 1901 » a été créée en 1954, simultanément avec le Centre universitaire de coopération économique et sociale (CUCES) pour un couplage université–association qui visait à mettre en contact des professionnels de divers horizons pour promouvoir, développer et mettre en œuvre la formation des adultes en Lorraine. En 1971, il fut décidé de séparer les activités de l’association de celles du centre universitaire. L’ACUCES fonctionna alors de façon indépendante de 1971 à sa disparition en 1982.
Ses archives, relatives à la mise en place d’une action collective de formation territoriale, s’articulent autour d’axes pédagogiques et thématiques.

Association française d’amitié et de solidarité avec les peuples d’Afrique (AFASPA), 1973-1992, 33 ml, 67 J, 69 J, 225 J, 22 Fi, 33 Fi (instrument de recherche disponible, le 225 J non consultable, non classé).
Créée en 1972, l’association se veut l’héritière des luttes anticolonialistes qui ont marqué la France dans les années 1960. Elle milite aujourd’hui « pour l’annulation de la dette et la décolonisation politique et économique de l’Afrique » (http://www.afaspa.com/).
À noter : archives de la revue Aujourd’hui l’Afrique ; importante collection d’affiches sur divers thèmes dont l’apartheid.
Voir aussi la rubrique Archives audiovisuelles.

Association française de criminologie (AFC), 1965-2004, 2,6 ml, 280 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
Créée en 1965, l’AFC s’est donnée pour objectif « de rapprocher les chercheurs et enseignants de toutes disciplines, les praticiens de toutes professions - mais aussi les personnes morales - dont les activités ont à voir, de près ou de loin, avec le « phénomène criminel », la manière dont il est défini et contrôlé » (http://www.afc-assoc.org/).

Association « Recherche, confrontation, projet » (RCP), 1997-2000, 2 ml, 338 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
L’objectif de cette association créée en 1997 est de mobiliser le mouvement associatif et syndical afin d’encourager la réflexion, l’information des citoyens et la formation des plus jeunes, sur l’ensemble des questions pénales. Elle a fusionné avec l’Association Française de Criminologie (AFC) en 2000.

Collectif anti-apartheid (CAA), 1984-1996, 0,6 ml, 181 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
Créé à Paris en septembre 1984, le collectif mène une campagne de mobilisation et de soutien aux peuples d’Afrique du Sud et de Namibie en lutte contre le régime d’apartheid. Le fonds est constitué pour l’essentiel d’une documentation (revues, brochures, journaux) que le collectif recevait et utilisait dans ses campagnes de sensibilisation à la lutte contre l’apartheid.

Collectif Octobre, 2000-2004, 0,7 ml, 339 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
Ce collectif a été mis en place par l’Association française de criminologie (AFC) en 2000 pour commémorer le 20e anniversaire de l’abolition de la peine de mort. Le collectif organise des manifestations, des colloques, des journées d’études et des soirées sur un thème choisi.

Comité de liaison pour l’alphabétisation et la promotion en Région Île-de-France (CLAP IDF), 1968-2002, 39,5 ml, 326 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture) et 342 J (non consultable, non classé).
Créée en décembre 1967, ce réseau d’associations locales, régionales ou nationales a pour objectif de développer l’alphabétisation et de favoriser la promotion sociale et professionnelle des travailleurs étrangers et des personnes culturellement à l’écart de la société. Adhérent au Comité de liaison pour la promotion des migrants et des publics en difficultés (CLP), il s’occupait plus d’alphabétisation quand le CLP était plus tourné vers la préformation. À la fin des années 1980, le mouvement de décentralisation général en France et la pression des partenaires institutionnels amènent chacune des délégations régionales à se constituer en association loi 1901. En 1993, une « Charte pour la régionalisation du CLAP Île-de-France » est approuvée par une assemblée générale constitutive de fait d’une nouvelle association. Victimes de difficultés financières le CLAP national est liquidé en décembre 1995, le CLAP IDF en décembre 2002.
Ce fonds, sauvegardé par l’association Génériques, a fait l’objet de deux dépôts successifs en 2007 et 2008. Il documente les activités du CLAP IDF comme délégation régionale au sein du CLAP puis comme structure autonome jusqu’à sa disparition : lancements d’activités, soutien et suivi pédagogique, recrutement, finances et subventions, relations avec les pouvoirs publics, difficultés du fonctionnement associatif.

Comité de liaison pour la promotion des migrants et des publics en difficultés (CLP), 1970-2000, 75 ml, 325 J et 404 J (non consultable, non classé).
Créé en 1980 sous forme associative, il regroupe un réseau national de 80 organismes intervenant dans le champ de la formation et de l’insertion des publics en difficulté. Il vise à favoriser l’élaboration de politiques de formation et d’actions innovantes, à la professionnalisation des organismes, au développement de partenariats. Suite à des difficultés structurelles et financières, il a décidé sa liquidation en 2009.
Ses archives ont fait l’objet de deux dépôts successifs en 2007 et 2009. Elles document le fonctionnement et l’activité du CLP mais contiennent également des publications qui permettent de retracer l’histoire de la formation des migrants de la fin des années 1970 aux années 2000.

Conseil mondial de la paix (CMP), 1950-1998, 22 ml, 186 J, 311 J, 37 Fi, 22 Fi CMP (instrument de recherche disponible).
Le CMP est créé en avril 1949 dans le contexte de la guerre froide. Il est composé de représentants d’organisations politiques, féminines, religieuses, de jeunesse, de mouvements de la paix nationaux, de syndicats et de personnalités. Il milite pour la défense des valeurs de la paix, de l’indépendance nationale, de la souveraineté des peuples, de la justice et des droits de l’homme, et soutient le désarmement global. Présidé par le physicien Frédéric Joliot-Curie de 1950 à 1959, ses premières années d’existence sont marquées par sa proximité avec le communisme international.
À noter : 15 000 photos qui illustrent les actions programmées par l’organisation, manifestations, congrès, cérémonies, images de guerre.
Voir aussi la rubrique Documents figurés.

Enfance Réseau Monde (ERM), ex Enfants Réfugiés du monde, 1981-2008, 160 ml, 341 J (non consultable, non classé).
Fondée en 1981, cette association a bénéficié du parrainage d’Alfred et Françoise Brauner, membres fondateurs du Secours Rouge International. Elle est née d’une rencontre entre des médecins de retour de mission dans les camps de réfugiés salvadoriens et des professionnels de l’éducation. Son objectif est d’apporter une aide globale aux enfants réfugiés et déplacés dans les domaines de la santé et de l’éducation. Elle milite particulièrement pour le droit au jeu, comme moyen privilégié de réhabilitation et de développement des enfants.
À noter : expositions et nombreux dessins d’enfants.
NB : Les archives Brauner sont déposées aux Archives municipales de Saint-Mandé.

Fédération mondiale des travailleurs scientifiques, 1946-2000, 17 ml, 231 J (instrument de recherche disponible).
Mouvement humaniste et pacifiste né en 1946, sous le choc du lancement de la bombe atomique sur Hiroshima et Nasaki au Japon. Frédéric Joliot-Curie, physicien français et John Desmond Bernal, physicien anglais sont président et vice-président.
Les archives s’organisent autour des réunions statutaires, des réunions des diverses commissions, des colloques, symposiums et séminaires organisées par la FMTS.
À noter : une abondante correspondance de Frédéric Joliot-Curie et quelques dossiers personnels de scientifiques de diverses nationalités poursuivis ou harcelés pour leur activité militante dans les années 1950-1960.

Fédération nationale des assesseurs près les tribunaux pour enfants, 1987-2006, 1,5 ml, 282 J (instrument de recherche disponible).
La Fédération nationale des assesseurs près les tribunaux pour enfants est née du regroupement de trois associations d’assesseurs : l’Union nationale des assesseurs près des tribunaux pour enfants (UNAPTE), l’Association des assesseurs près des tribunaux pour enfants (ADAPTE) et l’Association des assesseurs de Paris (AAP).

Mouvement de la paix, 1941-1995, 31 ml, 170 J, 312 J, 16 J 57, 22 Fi mvt de la paix (instrument de recherche disponible).
A sa création, l’association est considérée comme une « organisation de masse » proche du Parti communiste français. Les archives renseignent sur l’histoire de l’association, ses actions en direction du désarmement et de la paix, ses prises de position contre les guerres coloniales et pour l’indépendance des peuples, sa collaboration au Conseil mondial de la paix et ses relations avec les mouvements de la paix d’autres pays.
À noter : fonds d’affiches particulièrement riche, collection complète du journal Action de 1944 (date de sa création dans la clandestinité) jusqu’en 1951.
Voir aussi la rubrique Documents figurés.

Pénombre, 1992-2000, 3,76 ml, 337 J (non consultable, non classé).
Fondée en 1993, l’association « offre un espace de réflexions et d’échanges sur l’usage du nombre dans le débat public. L’attention se porte sur la qualité des informations chiffrées et les enjeux de l’usage qui en est fait » (http://www.penombre.org/).

Société d’ergonomie de langue française, 1888-2009, 20 ml, 286 J, (instrument de recherche disponible).
Cette organisation a été créée en 1963 pour promouvoir l’ergonomie dans les pays de langue française. Elle est membre de l’Association Internationale d’Ergonomie (AIE). Les archives renseignent sur la structure et l’organisation de l’association, ainsi que sur les nombreuses études et recherches menées par les professionnels de la question.
À noter : des dossiers sur l’enseignement de l’ergonomie et sur les instituts et laboratoires de recherches nationaux et internationaux qui travaillent sur cette problématique et une collection de la revue Le Travail humain.