Dirigeants, responsables, militants, personnalités du monde ouvrier

Sommaire

Fonds constitués par des dirigeants et responsables communistes, ainsi que quelques fonds historiques conservés à la BMP. Des archives personnelles de militants communistes ont également été déposées à titre individuel. Voir la rubrique Personnalités.

Les notices de présentation des fonds personnels ne sont pas des biographies. Elles ne mentionnent, pour mémoire, que les qualités et fonctions directement concernées par la production des documents figurant dans les archives. Dans certains cas, ces indications sont issues des notices du Maitron parues respectivement dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier (1914-1939) et le Dictionnaire du mouvement ouvrier - mouvement social (1940 à mai 1968), auxquels on se reportera utilement pour une information plus exhaustive sur le parcours de ces personnalités.

 A

 ARTHAUD René, 1937-1949, 0,12 ml, 272 J (instrument de recherche disponible).

Né le 20 septembre 1915 à Marseille (Bouches-du-Rhône), décédé le 21 juillet 2007. Pharmacien. Militant communiste de Marseille puis du Vaucluse. Député du Vaucluse (1946-1951). Ministre de la Santé publique en 1946.
Ses archives étaient conservées au siège national du PCF. Elles concernent notamment son activité au ministère de la Santé et ses relations avec sa circonscription du Vaucluse.

 B

 BALDOT Rolande, 1935-1979, 0,25 ml, 345 J (non consultable, non classé).

Militante communiste dans les organisations féminines à la fin des années 1930. Dirigeante de la section du PCF de Neuilly-sur-Seine après la deuxième guerre mondiale. Emprisonnée pendant la guerre d’Algérie.
Elle a déposé ses archives en 1981 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BA. Elles concernent son militantisme dans les Hauts-de-Seine (propagande, matériel électoral, correspondances, bulletins locaux, comptes rendus de réunions), son arrestation et sa détention, son activité féminine au sein du PCF et d’organisations proches de lui (brochures, journaux, revues, tracts, comptes rendus).

 BAREL Virgile, 1936-1978, 0,42 ml, 287 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 17 décembre 1889 à Drap (Alpes-Maritimes), décédé le 7 novembre 1979 à Nice. Instituteur. Militant du Syndicat de l’enseignement (1912). Militant de la SFIO (1918), du PCF (1920-1979). Député de Nice (1936-1939, 1945-1951, 1956-1958, 1967-1978). Arrêté le 8 octobre 1939 et déporté en Algérie (1940-1943). Directeur adjoint du cabinet de François Billoux (1943-1944). Secrétaire général du rayon de Nice (1931) puis de la fédération des Alpes-Maritimes du PCF (1944-1946). Président de la Délégation spéciale de la ville de Nice (1944-1945).
Il a déposé ses dossiers en octobre 1978 à la Bibliothèque marxiste où ils ont été conservés sous la cote AV. Ses archives sont composées de correspondance, documentation, coupures de presse, propositions de loi et de questions écrites touchant à son activité parlementaire au sujet du camping et du tourisme vert (1950-1977), de projets de résolution, propositions de chartes, bilans d’activité, rapports, comptes rendus de réunions, correspondance concernant la fédération Tourisme et Travail (1967-1978), de correspondance, notes manuscrites, coupures de presse, brochures, cartes de visite, photographies, articles sur le Proche-Orient (1936-1939).
N.B. : les Archives départementales des Alpes-Maritimes conservent le fonds Virgile Barel, déposé par la fédération départementale du PCF qui l’avait reçu de sa famille.

 BELIN René, 1933-1940, 0,15 ml, 346 J (instrument de recherche disponible).

Né le 14 avril 1898 à Bourg-en-Bresse (Ain), décédé à Lorrez-le-Bocage (Seine-et-Marne) le 2 janvier 1977. Agent des PTT, rédacteur puis inspecteur principal. Dirigeant syndical, secrétaire général du syndicat national des agents d’août 1930 à août 1932, secrétaire de la Confédération générale du travail (CGT) de septembre 1933 à mai 1940. Ministre de la Production industrielle et du Travail du maréchal Pétain (14 juillet 1940-23 février 1941) puis secrétaire d’État au Travail jusqu’au 18 avril 1942. Maire de Lorrez-le-Bocage (1959-1965).
En provenance de l’Institut d’histoire de Varsovie, ces archives ont été déposées en 1960 par David Diamant à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote B. Composé de correspondances (les courriers étant parfois adressés à Jouhaux), de notes, de comptes rendus de réunions syndicales, de rapports, de journaux, de brochures, de tracts syndicaux, ce fonds traite du fonctionnement de la CGT et de l’organisation de l’aide syndicale aux républicains espagnols.

 BERLIOZ Joanny, 1922-1964, 4,5 ml, 277 J (non consultable, non classé).

Né le 7 juillet 1892 à Saint-Priest (Isère), décédé le 18 mars 1965 à Paris. Professeur de langues. Journaliste. Membre du comité central du PCF (1925-1959). Maire d’Épinay-sur-Seine (1935-1940 et 1945-1947), conseiller général, député puis sénateur.
Ses archives ont été déposées en 1963-1964 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote F. Elles portent essentiellement sur ses responsabilités comme dirigeant communiste (travaux et études sur le communisme français et le mouvement communiste international, cours aux écoles centrales, interventions au comité central), sur ses mandats électifs et sur des questions internationales (Vietnam, Allemagne, Europe, etc.). Elles rassemblent des coupures de presse, des notes manuscrites, des photographies, du matériel de propagande, des interventions et des discours, des cours, de la correspondance.

 BESSE Guy, années 1960-1990, 6 ml, 347 J (non consultable, non classé).

Né le 25 novembre 1919 au Buisson-de-Cadouin (Dordogne), décédé le 16 février 2004 à Arradon (Morbihan). Professeur agrégé de philosophie. Résistant. Secrétaire général de l’Union française universitaire (UFU) (1950-1955). Directeur des Éditions sociales (1955-1969). Directeur du Centre d’études et de recherches marxistes (CERM) (1970-1979). Membre du comité central (1956-1985) et du bureau politique (1967-1979) du PCF.
Ses archives politiques ont été déposées auprès du PCF en 2004 par son épouse, Monique Arradon. Elles concernent ses responsabilités au CERM et aux Éditions sociales, ses écrits théoriques, sa candidature aux élections législatives en Corrèze (matériel électoral, discours, coupures de presse), sa participation aux réunions des organismes de direction du PCF.
Son épouse a procédé à un second dépôt comprenant des notes et de la correspondance en août 2010.
N.B : les archives relatives à ses travaux philosophiques ont été conservées par son épouse.

 BILLOUX François, 1943-1977, 8 ml, 288 J (non consultable, non classé).

Né le 21 mai 1903 à Saint-Romain-La-Motte (Loire), décédé à Menton (Alpes-Maritimes) le 14 janvier 1978. Employé. Militant socialiste puis communiste. Secrétaire général de la Jeunesse communiste (1928-1930). Membre du comité central (1926-1978), du bureau politique (1936-1972) et du secrétariat (1954-1956) du PCF. Député des Bouches-du-Rhône (1936-1940 et 1945-1978). Conseiller municipal de Marseille (1945-1947 et 1953-1971). Commissaire d’État au Comité français de libération nationale (CFLN). Membre du gouvernement provisoire en 1944. Ministre de la Santé publique, puis de l’Économie nationale, puis de la Reconstruction et de l’Urbanisme, et enfin de la Défense nationale entre 1944 et 1947.
Ses archives ont été déposées en décembre 1979 par son épouse, Josette Billoux, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AX. Elles sont relatives à ses fonctions à la direction du PCF (interventions dans les instances dirigeantes, cours), à ses mandats électifs et à divers thèmes (politique extérieure, histoire du PCF, femmes et enfance). Elles se composent de coupures de presse, de discours, de tapuscrits d’ouvrages, de correspondance. On y trouve quelques dossiers constitués par son épouse sur le congrès de 1945 de l’Union des femmes françaises (UFF) ou sur la protection maternelle.
N.B. : les Archives départementales des Bouches-du-Rhône conservent un fonds François Billoux relatif à son activité parlementaire. L’association Adiamos conserve ses carnets de prison.

 BLOCH Jean-Richard, 1944-1947, 0,2 ml, 394 J (instrument de recherche disponible)

Né le 25 mai 1884 et décédé le 15 mars 1947 à Paris. Agrégé d’histoire. Professeur (1907-1909), il abandonne l’enseignement en 1910 pour se consacrer à la littérature. Adhérent du Parti socialiste puis un temps membre du PCF. Membre du comité de rédaction de Clarté. Fondateur d’Europe. Adhérent au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (1934). Membre de l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR). Codirecteur avec Aragon de Ce Soir à sa création en 1937. De nouveau adhèrent au PCF. Codirecteur de Ce Soir à sa reparution en 1945. Conseiller de la République à partir de décembre 1946. Vice-président de la commission des Affaires étrangères.
Ces dossiers ont été donnés en 1976 par M. Milhaud, à la Bibliothèque marxiste où ils étaient conservés sous la cote Y. Ils rassemblent de la correspondance reçue lors des deux dernières années de sa vie, essentiellement des sollicitations individuelles ou d’organisations qui lui sont adressées en sa qualité de codirecteur de Ce Soir ou de conseiller de la République.
N.B. : la Bibliothèque nationale de France conserve le fonds Jean-Richard Bloch donné par sa famille.

 BLUMEL André (pseudonyme de BLUM André), 1911-1969, 0,7 ml, 348 J (instrument de recherche disponible).

Né le 18 janvier 1893 et décédé le 26 mai 1973 à Paris. Avocat. Journaliste. Militant du Parti socialiste de 1911 jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale. Défenseur d’André Wurmser des Lettres Françaises dans le « procès Kravtchenko » (1949). Élu en mars 1965 et réélu en 1971 conseiller de Paris comme apparenté au groupe communiste.
Il a déposé ses archives en février 1973 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote S.
N.B. : l’Office universitaire de recherche socialiste (OURS) conserve un fonds André Blumel (1923-1939) déposé par Claude Willard sous la cote 14 APO 1 à 4.

 BOITEAU Pierre, 1916-1948, 0,12 ml, 309 J (instrument de recherche disponible).

Né le 3 décembre 1911 à Cognac (Charente), décédé le 1er septembre 1980. Agronome et biologiste. Militant syndical. Un des fondateurs et des dirigeants (1943-1947) de l’Union des syndicats CGT de Madagascar. Adhère au PCF en juillet 1947, militant de la section coloniale. Conseiller de l’Union française (1949-1958) et secrétaire du groupe communiste de cette assemblée.
Ses archives ont été déposées en 1967 à la Bibliothèque marxiste où elles étaient conservées sous la cote AT. Elles portent sur la situation coloniale à Madagascar et en Indochine, essentiellement avant la deuxième guerre mondiale. Ce fonds rassemble pour l’essentiel des archives constituées par Maître Robert Foissin dans le cadre de ses activités d’avocat du Secours rouge international (SRI), qui l’ont amené à défendre des militants communistes poursuivis pour leurs activités anticoloniales. Il contient des coupures de presse, de la correspondance, des notes manuscrites, des témoignages d’insoumis et de pacifistes déportés au bagne durant la première guerre mondiale, des pièces de procédure judiciaire, des tracts relatifs à divers procès et à l’« affaire » Édouard Planque, du nom de ce militant inculpé à Madagascar.

 BONTE Florimond, 1922-1972, 9 ml, 289 J (non consultable, non classé).

Né le 22 janvier 1890 à Tourcoing (Nord), décédé le 19 novembre 1977 à Fleury-Mérogis (Essonne). Instituteur de l’enseignement catholique. Métreur en bâtiment puis publiciste. Successivement militant démocrate-chrétien puis socialiste puis communiste. Un des fondateurs du PCF dans le Nord. Secrétaire de la fédération du Nord (1923) puis de la région Nord du PCF (1924-1929 et 1931-1933). Membre du comité central du PCF (1926-1961). Directeur du Prolétaire, de L’Enchaîné. Rédacteur en chef de l’Humanité (1929-1931) et son correspondant à Moscou (1933-1934). Directeur des Cahiers du Bolchevisme (1934). Député de la Seine (1936-1940). Délégué à l’Assemblée consultative provisoire à Alger (1943-1944). Député de la Seine aux deux Assemblées nationales constituantes (1945-1946), puis à l’Assemblée nationale (1946-1958). Directeur de France-Nouvelle (1945-1956). Fondateur et directeur de Liberté.
Ses archives ont été déposées en août 1978 par Serge Bonte à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AS. Elles concernent ses responsabilités au sein du PCF, son activité d’élu et son travail de journaliste. On y trouve également des archives concernant l’activité de son épouse, engagée dans les mouvements de protection de l’enfance, qui suivait notamment le fonctionnement de l’aérium de Montigny-le-Roi en tant qu’adjointe au maire du 11e arrondissement.

 BOURDEAU Henri, 1932-1983, 1995, 0,6 ml, 349 J (instrument de recherche disponible).

Né le 10 mai 1912 à Châtellerault (Vienne). Ajusteur de profession, chef d’atelier à la Manufacture d’armes de Châtellerault. Militant communiste, il est nommé membre du conseil municipal à la Libération, devient premier-adjoint au maire de Châtellerault après les élections municipales de mai 1945.
Le fonds qu’il a constitué avait été déposé à la Bibliothèque marxiste de Paris avant d’être déposé aux Archives départementales avec le fonds du PCF. Il se compose de coupures de presse, journaux fédéraux et documents électoraux (professions de foi, bulletins de vote) concernant les élections nationales et locales dans le département de la Vienne.

 BOURDERON Roger, 1980-1990, 1 ml, 350 J (non consultable, non classé).

Né le 31 août 1929 au Boucau (Pyrénées-Atlantiques). Historien, maître de conférences à l’université de Paris 8. Secrétaire administratif du Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESup) (1974-1979). Conseiller municipal communiste de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) (1983-1995). Directeur des Cahiers d’histoire de l’IRM, directeur de la Bibliothèque marxiste de Paris.
Ses archives concernent le fonctionnement des Cahiers d’histoire de l’IRM (1980-1990), la vie de la fédération de Seine-Saint-Denis et de la section de Saint-Denis du PCF (1982-1989), ainsi que le syndicalisme enseignant (FEN).

 BRUHAT Jean, 1945-1980, 0,4 ml, 351 J (non consultable, non classé).

Né le 24 août 1905 à Pont-Saint-Esprit (Gard), décédé le 11 février 1983 à Paris. Professeur agrégé d’histoire et docteur ès Lettres, militant communiste.
Ses archives ont été déposées à une date indéterminée par Claude Willard à la Bibliothèque marxiste. Elles concernent le travail historique mené par Jean Bruhat au sein des instituts du PCF (CERM, IMT, IRM).

 C

 CACHIN Marcel, 1904-1958, 6 ml, 290 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 20 septembre 1869 à Paimpol (Côtes-du-Nord), décédé le 12 février 1958 à Choisy-le-Roi (Seine). Professeur privé de philosophie puis permanent socialiste et journaliste. Militant guesdiste puis socialiste unifié de la Gironde. Conseiller municipal de Bordeaux (1900-1904), de Paris (1912-1914). Directeur de l’Humanité (1918-1958). Député de la Seine (1914-1932), sénateur (1935-1940), député (1944-1958). Membre de la commission administrative permanente du Parti socialiste. Membre du comité directeur du PCF (décembre 1920-1924), du comité central (1925-1958), du bureau politique (1923-1958).
Ses archives ont été déposées en 1959-1960 – avec un complément remis en mars 1988 par Marcelle Hertzog-Cachin – à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote C. Elles contiennent des dossiers touchant à la carrière politique de Marcel Cachin et son travail de journaliste, ainsi que des matériaux ayant servi à la publication de ses « Carnets » (version dactylographiée et microfilms des documents originaux). Elles ont été complétées par les documents exposés dans la maison de Marcel Cachin à Choisy-le-Roi, transformée en musée en 1969, puis transférés au siège national du PCF lors de la fermeture de ce lieu, au début des années 2000. Ils comportent les papiers relatifs au 80e anniversaire de Marcel Cachin et son décès (albums de photographies, lettres et télégrammes, cahiers de condoléances, revues de presse, etc.) ainsi qu’une série de livres dédicacés par leurs auteurs et des livres scolaires.
N.B. : un fonds Marcel Cachin (447 AP, 1903-1958) contenant notamment ses carnets et agendas manuscrits a été donné par la famille Hertzog-Cachin aux Archives nationales entre 1983 et 2000.

 CAMÉLINAT Zéphirin, 1855-1953, 1 ml, 291 J (instrument de recherche disponible).

Né le 14 septembre 1840 à Mailly-la-Ville (Yonne), décédé le 5 mars 1932 à Paris. Monteur en bronze. Un des fondateurs de l’Internationale communiste. Directeur de la Monnaie sous la Commune de Paris. Trésorier du Parti socialiste SFIO avant la première guerre mondiale puis membre du PCF.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote L. Elles concernent la Commune de Paris (affiches, coupures de presse, dessins satiriques, une collection du Journal officiel de la Commune, mémoires et lettres de communards déportés, travaux historiques), son activité syndicale à la Chambre syndicale des ouvriers du bronze (correspondance, brochures, convocations, comptes rendus de réunions, notes manuscrites), son activité politique comme député et trésorier de la SFIO (correspondances, journaux, matériel électoral, invitations à des réunions), sa vie personnelle et familiale (photographies, correspondances, brochures touristiques).

 CAPDEVILLE Léonce, s.d., 0,1 ml, 306 J (non consultable, non classé).

Ses archives, déposées à la Bibliothèque marxiste par son épouse, sont composées d’une série de cahiers manuscrits contenant des réflexions personnelles sur la politique et la religion.

 CATALA Jean-Michel, 1983-1990, 0,33 ml, 352 J (non consultable, non classé).

Né en 1942. Secrétaire général de l’Union des étudiants communistes (UEC) (1967-1969). Secrétaire général du Mouvement des jeunesses communistes (1972-1979). Membre suppléant (1972-1976), puis titulaire (1976-1996) du comité central du PCF. Rédacteur en chef de Révolution (1980-1985). Directeur des Cahiers du communisme (1985-1990).
Ses archives étaient conservées au siège national du PCF. Elles rassemblent ses notes manuscrites prises lors des réunions du comité central.

 CHATAIN Jean, 1,9 ml, 419 J (non consultable, non classé).

Collaborateur permanent du PCF, journaliste et grand-reporter à l’Humanité. Ses archives ont été déposées en 2010 par son épouse Françoise Burg-Chatain. Elles documentent son activité comme permanent à la section économique et collaborateur de la section de politique extérieure du PCF. Elles comportent également des photographies prises à l’occasion d’un reportage pour l’Humanité au Rwanda en 1994 conservées sous la cote 107 FI.
Voir aussi Documents figurés.

 CHONAVEL Jacqueline, 1950-1951, 0,12 ml, 510 J (non consultable, non classé).

Née à Paris en 1924. Militante communiste, membre de la direction de la fédération de Seine-Nord-Est puis de Seine-Saint-Denis du PCF. Maire de Bagnolet (1959-1986), conseillère générale (1967-1970) et députée (1968-1981) de Seine-Saint-Denis.
Ses archives, déposées en 2016, se composent de cahiers manuscrits contenant ses notes de cours prises durant l’École centrale de 4 mois du PCF.

 CLAUDE Henri, 1936-1993, 1,47 ml, 353 J (instrument de recherche disponible).

Né le 13 septembre 1909 à Angoulême (Charente), décédé le 4 août 1994 à Paris. Agrégé de grammaire, économiste, écrivain et journaliste. Militant abondanciste, trotskyste puis communiste. Collaborateur de la section économique du PCF et du CERM. Rédacteur en chef de la revue Économie et Politique (1961-1966).
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste de Paris. Elles sont composées d’articles de presse signés par lui (depuis 1936), de tapuscrits d’articles sur divers sujets économiques, d’actes de colloques de l’Institut Maurice Thorez (IMT) et de l’Institut de recherches marxistes (IRM), de rapports devant la section économique, de comptes rendus de lecture, de comptes rendus de congrès des Jeunes équipes unies pour une économie sociale (JEUNES), de correspondance, de collections de revues et d’ouvrages, de tracts, de brochures, d’affiches et des revues de presse sur divers thèmes : économiques, politiques, historiques. On notera enfin un tapuscrit autobiographique en cours de rédaction, abordant l’histoire de la section économique depuis ses origines.

 COGNIOT Georges, 1910-1986, 12.,4 ml, 292 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 15 décembre 1901 à Montigny-les-Cherlieu (Haute-Saône), décédé le 12 mars 1978 à Gagny (Seine-Saint-Denis). Normalien (Ulm), agrégé de lettres. Député (1936-novembre 1958), sénateur (avril 1959-1977). Secrétaire de Maurice Thorez (1954-1964). Rédacteur en chef de l’Humanité (1937-1948), directeur de la revue La Pensée. Président-délégué général de l’Institut Maurice Thorez. Membre du comité central du PCF (1936-1964).
Ses archives rassemblent les documents qui ont été trouvés dans les locaux de l’Institut Maurice Thorez après sa mort. Elles ont été complétées par le don par sa famille, en juillet 1992, d’archives relatives à ses fonctions à La Pensée, dont il a été le directeur. Elles ont été conservées en vrac à la Bibliothèque marxiste de Paris sous la cote AR.
Le fonds Georges Cogniot illustre les responsabilités qu’il a exercées tout au long de sa vie militante. Elle concernent pour l’essentiel son activité pendant la Seconde Guerre mondiale et à la Libération, ses fonctions dirigeantes au journal l’Humanité, au sein du PCF et d’instituts et revues liés à ce parti , son rôle aux cotés de Maurice Thorez en tant que secrétaire politique. Certains des dossiers qui le composent sont par ailleurs consacrés à ses travaux d’écriture - articles, interviews, discours, conférences, ouvrages publiés -, d’autres au travail qu’il a mené sur les questions touchant à l’éducation et à la scolarité, au Parlement notamment.
N.B. : le fonds ayant été scindé, deux autres institutions conservent des archives personnelles de Georges Cogniot : les Archives municipales de Saint-Denis (archives concernant les questions touchant à l’éducation et à la scolarité) et le musée de la Résistance nationale de Champigny (archives relatives à son activité pendant la Seconde Guerre mondiale et à la Libération).

 COHEN Francis, 1893-2000, 21 ml, 354 J (instrument de recherche disponible).

Né le 12 mai 1914 et décédé en juillet 2000 à Paris. Fils de Marcel Cohen. Licencié en sciences naturelles puis diplômé d’études supérieures. Adhérent aux Jeunesses communistes en 1932, au PCF en 1937. Animateur et responsable d’organisations étudiantes communistes avant-guerre. Résistant au sein des Étudiants communistes clandestins, de l’Université libre, puis du Front national universitaire. Journaliste à l’Humanité (1944-1952). Membre de la rédaction de La Nouvelle critique dont il devient directeur (1967-1980). Rédacteur en chef de la revue Recherches internationales en 1957. Animateur de groupes de travail à l’Institut de recherches marxistes (IRM). Collaborateur de la section de politique extérieure du PCF (Polex) en tant que spécialiste de l’URSS et des pays socialistes.
Ses archives ont été déposées en plusieurs étapes, juillet 1986 puis janvier 1987, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BF, puis au début des années 2000 au service des archives du PCF. Elles se composent d’une large documentation thématique (journaux, brochures, revues, traductions d’articles…), d’archives personnelles (carnets de voyages, agendas, cartes d’adhérent, bulletins scolaires, correspondances, photographies…), d’archives liées à ses multiples activités militantes et journalistiques (articles, tapuscrits de livres, journaux, comptes rendus de réunions, convocations, rapports…, souvent annotés de la main de Francis Cohen). Ce fonds, d’une grande richesse, illustre entre autres la scolarité de Francis Cohen, son engagement politique avant la guerre (Jeunesses communiste, Alliance internationale des étudiants pour le socialisme, Étudiants antifascistes, Union fédérale des étudiants, UEC, etc.), son parcours de journaliste communiste (l’Humanité, La Nouvelle critique, Recherches internationales, etc.), ses activités d’intellectuel communiste (CERM, IMT puis IRM, Université nouvelle, Association d’études et de recherches culturelles et sociales), sa collaboration à la Polex, en tant que spécialiste de l’URSS, et à l’association France–URSS.

 COHEN Marcel, 1917-1982, 0,8 ml, 336 J (instrument de recherche disponible).

Né le 6 février 1884 à Paris, décédé le 5 novembre 1974 à La Chimotaie (Vendée). Linguiste. Professeur à l’École des Langues orientales. Directeur d’études à l’École pratique des hautes études. Militant du PCF.
Ses archives ont été déposées en 1987, par son fils Francis Cohen, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote OD. Elles sont essentiellement composées de correspondances, de notes manuscrites, de rapports, de convocations et de comptes rendus de réunions, de manuscrits de cours, de coupures de presse, de livres, de correspondances, de contrats d’édition. Elles sont organisées autour de différents thèmes : enseignement du français à l’Université ouvrière (1934-1937), réflexion sur la réforme Langevin-Wallon de l’enseignement (1944-1946), appartenance à différentes associations antifascistes et d’amitié (années 1930), participations aux activités du CERM (en particulier à la section linguistique) entre 1959 et 1972, ses publications, sa correspondance, notamment avec sa femme (1917-1933).
Une partie de ces archives est constituée de papiers de Marguerite Cohen concernant l’Union des femmes françaises : comptes rendus de réunions du comité local de Viroflay, tracts, brochures, coupures de presse, bulletins d’information, correspondance, notes manuscrites, travaux sur Berthie Albrecht et sur l’enfance (1946-1957).

 COLLET Jean, 1942-1957, 0,4 ml, 333 J (instrument de recherche disponible).

Né le 25 mai 1921 à Antrain-sur-Couesnon (Ille-et-Vilaine). Ajusteur puis enseignant dans l’enseignement technique. Adhérent à 16 ans au PCF. Résistant, responsable des grandes écoles et des facultés puis responsable de la Normandie et de la Picardie. Élu à Ivry-sur-Seine puis à Vitry-sur-Seine (adjoint au maire).
Il a déposé ses archives auprès du PCF au début des années 2000. Elles sont relatives essentiellement à la Résistance et à la guerre d’Algérie, et contiennent notamment des papillons, tracts, bulletins clandestins.

 COMMARMOND Georges, 1951-1958, 0,15 ml, 397 J (instrument de recherche disponible).

Né le 29 mai 1926, décédé en 1993. Ajusteur. Membre de la direction de l’Union départementale CGT (1959-1964) et de la direction de la fédération du PCF du Rhône (1952-1964).
Ses archives concernent exclusivement la formation militante qu’il a reçue au sein du PCF (stage d’éducateurs, école fédérale, école centrale de 4 mois). Elles rassemblent des cours dactylographiés, des brochures et les notes manuscrites prises par Georges Commarmond.

 CORNU Marcel, 1952-1996, 0,42 ml, 267 J (instrument de recherche disponible).

Né en 1909 en Lorraine, décédé en 2001 à Paris. Agrégé de lettres classiques. Professeur de lycée. Conseiller à la direction des Monuments historiques après la seconde guerre mondiale. Collaborateur des Lettres françaises (1951-1972). Membre du comité de rédaction de La Pensée. Membre du conseil de rédaction de la revue Urbanisme.
Son fils, Gilbert Cornu, a déposé ses archives politiques auprès du PCF au début des années 2000. Elles contiennent des dossiers relatifs à la revue La Pensée, à des questions esthétiques, aux débats chez les intellectuels communistes en 1956, de la correspondance.
N.B. : l’Institut d’urbanisme de Paris - Université de Paris 12 - Val de Marne conserve ses archives ayant trait à l’urbanisme, qui y ont été déposées par son fils.

 COT Pierre, 1944, 0,1 ml, 355 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 20 novembre 1895 à Grenoble (Isère), décédé le 21 août 1977 à Coise-Saint-Jean-Pied-Gauthier (Savoie). Professeur agrégé des Facultés de droit. Avocat. Député. Ministre.
Ce document a été donné à l’Institut de recherches marxistes (IRM) en avril 1974. Il s’agit d’un compte rendu de mission de Pierre Cot en URSS en février 1944.

 CRÉPEL Pierre, 1971-1989, 1,25 ml, 356 J (instrument de recherche disponible).

Universitaire communiste (mathématicien). Dirigeant de la fédération d’Îlle-et-Vilaine dans les années 70-80. Militant de la cellule Maurice Audin de l’université de Rennes. Collaborateur de l’Institut de recherches marxistes (IRM) national et de celui de Bretagne.
Ses archives ont été déposées en juin 1989 à la Bibliothèque marxiste. Elles sont composées de comptes rendus manuscrits de réunions de la cellule Maurice Audin et de diverses associations, de collections de journaux locaux communistes, de rapports, de coupures de presse sur la politique du PCF (en particulier sur l’enseignement supérieur), de notes et de documentation sur les congrès fédéraux et nationaux du PCF et sur l’IRM de Bretagne. On y trouve en outre une abondante documentation (notes manuscrites, comptes rendus d’entretiens, coupures de presse, notes de lectures, interventions lors de colloques, correspondances, tapuscrits et manuscrits avant publication, etc.) sur l’histoire de la Bretagne. Ce travail a fait l’objet en 1985 d’une publication dans les numéros 20, 21, 22, 23 des Cahiers d’Histoire de l’IRM.

 D

 DENIS Jacques (pseudonyme de SPIEWAK Jacques), 1957-2001, 4,5 ml, 357 J (non consultable, non classé).

Né le 26 mai 1922 à Metz (Moselle), décédé en septembre 2008. Dirigeant de la Jeunesse communiste, secrétaire général de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique (FMJD) (1950-1957). Secrétaire de Maurice Thorez (1960-1964). Membre du comité central du PCF (1961-1997). Responsable adjoint de la section de politique extérieure (Polex) (1964-1994), puis responsable des questions touchant à la paix et au désarmement (1994-1997). Co-président du Conseil mondial de la Paix.
Ses archives sont composées de rapports, de comptes rendus de réunions, de notes manuscrites et dactylographiées, de documentation (coupures de presse, revues, journaux, etc.), de publications en lien avec ses activités au Mouvement de la Paix, à la section de politique extérieure (relations entre le PCF et le Parti communiste italien, suivi du collectif Allemagne, des conférences internationales depuis la fin des années 60 jusqu’au début des années 70, de la paix et du désarmement), sur des questions politiques diverses (relations avec les partis de gauche dans les années 60, suivi des questions de liberté syndicale, etc.).
Ce fonds est à rapprocher des archives constituées par Jacques Denis dans le cadre de ses responsabilités au Mouvement de la Paix et au Conseil mondial de la Paix.

 DEVERS-DREYFUS Nicolas, 1945-2008, 7,2 ml, 514 J (non consultable, non classé).

Né en 1947. Militant communiste. Adhérent puis responsable de la Jeunesse communiste à Paris (1961-1968), des fédérations de Paris (1961-1974 puis 1980-1991) et des Pyrénées-Orientales (1974-1980) du PCF. Collaborateur des commissions « Défense nationale » (1979-1990) et « Culture » (1983-1984) auprès de la direction nationale du PCF. Cadre d’édition et chef de fabrication aux Éditeurs Français Réunis (1971-1974) puis directeur général adjoint du groupe Messidor (1980-1988). Chef du service de la communication à la direction du Tourisme (1999-2002). Responsable de la diffusion de l’Humanité (2001-2008).
Ses archives, déposées en 2016, se composent de documents relatifs à ses différentes activités professionnelles et militantes successives, mais également d’archives collectées par lui en raison de son intérêt pour l’histoire du mouvement ouvrier.

 DIAMANT David (pseudonyme de ERLICH David), 1919-1986, 16 ml, 335 J (instrument de recherche disponible).

Né le 18 mars 1904 en Pologne, décédé le 24 août 1994. Ouvrier puis documentaliste et traducteur. Militant communiste. Fondateur de centres de documentation à l’Union des juifs pour la résistance et l’entraide (UJRE), à la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP) et à l’Institut Maurice Thorez (IMT). Collaborateur de La Presse nouvelle (Naïe Presse) jusqu’en 1983.
Son fonds est axé pour l’essentiel sur les questions de la mémoire de la Shoah et de la résistance juive (études, témoignages, listes d’internés, fusillés, déportés, dossiers sur Drancy, Pithiviers, Beaune-la-Rolande). Il contient aussi des archives de deux écrivains yiddish morts en déportation : celles de Chlawno Kagan (1900-1943, interné à Pithiviers, puis déporté), composées de manuscrits, et celles d’Aaron Bekerman (1897-1943, interné à Gurs et à Drancy avant sa déportation à Auschwitz), également composées de manuscrits, et notamment de son journal tenu de 1940 à 1943. David Diamant a également rassemblé des archives concernant le fonctionnement et les actions de l’Union générale des israélites de France (UGIF) de 1941 à 1944, le réseau de Résistance né au sein même de l’Hôpital Rothschild, son engagement dans les Brigades internationales et quelques archives sur l’engagement des juifs dans la guerre d’Espagne. À noter également des archives sur une « Organisation des juifs polonais en France » qui menait des recherches familiales et établissait des demandes d’immigration, composées notamment de centaines de formulaires d’identité avec photos de juifs polonais souhaitant s’installer en France de façon définitive, ainsi qu’une exceptionnelle collection du journal La Presse nouvelle (Naïe Presse) de 1945 à 1979.

 DOBRENINE Jean, 1950-1980, 0,5 ml, 359 J (non consultable, non classé).

Né vers 1910, décédé en 1998 (l’information figure dans l’Humanité du 05/12/1998). Ouvrier métallurgiste. Adhérent au PCF au début des années 1930. Conseiller des ministres de l’Air et du Ravitaillement en 1945. Collaborateur de la direction du PCF. Spécialiste du Portugal. Dirigeant de l’association France-URSS.
Son fonds est essentiellement consacré à son activité au sein de l’association France-URSS, aux niveaux national et départemental. Il concerne les congrès de l’association France-URSS (livrets de congressistes, rapports moraux, résolutions, allocutions, bilans financiers, notes manuscrites, etc.) et le fonctionnement de cette association (correspondances, comptes rendus de réunions, bulletin de l’association, rapports, notes manuscrites, interventions, photographies, etc.).

 DOUMENG Henri, 1910-1972, 1,3 ml, 360 J (non consultable, non classé).

Ses archives ont été déposées en 1972 par sa sœur Marcelle Doumeng à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AA. Elles contiennent une documentation sur l’antifascisme dans l’entre-deux-guerres, l’occupation et de la collaboration (tracts, brochures, journaux, revues, etc. mais aussi archives relatives à l’engagement de Doumeng dans les associations antifascistes). D’autres thèmes y sont abordés, parmi lesquels le syndicat de la bijouterie avant la seconde guerre mondiale (tracts, brochures, journaux, revues, etc.), l’URSS, la première guerre mondiale puis, pour la période plus récente, les retraités de la CGT et la Croix rouge.

 DUCLOS Jacques, 1952-1975, 0,7 ml, 293 J (instrument de recherche disponible).

Né le 2 octobre 1896 à Louey (Hautes-Pyrénées), décédé le 25 avril 1975 à Montreuil (Seine-Saint-Denis). L’un des trois principaux dirigeants du PCF durant près de cinquante ans en compagnie de Maurice Thorez et de Benoît Frachon. Ouvrier pâtissier jusqu’en 1926 puis permanent. Membre du comité central (1926-1975), du bureau politique et du secrétariat (1933-1964) du PCF. Élu au Comité exécutif de l’Internationale communiste en 1935. Un des principaux responsables du PCF sous l’Occupation. Député de la Seine (1926-1932, 1936-1940 et 1944-1958). Sénateur de la Seine de 1959 à sa mort. Candidat à l’élection présidentielle de juin 1969.
Ces dossiers étaient conservés au siège du PCF hormis les notes manuscrites de 1953-1954 qui ont été déposées par André Vieuguet – son ancien secrétaire politique - au début des années 2000. Ils contiennent des pièces judiciaires relatives à l’« affaire des pigeons » (1952-1954), des notes manuscrites de réunions (1953-1954), des discours et interventions (1957-1971), des documents concernant les DOM-TOM (1946-1971), la dactylographie d’un ouvrage inédit intitulé L’Unité (1975).
N.B. : le Musée de l’histoire vivante de Montreuil-sous-Bois conserve le fonds Jacques Duclos, légué au PCF par son épouse, Gilberte Duclos, et déposé à Montreuil à la demande de celle-ci.

 DUMEIX Josette et Auguste, 4 ml, 344 J (non consultable, non classé).

COTHIAS Josette, épouse DUMEIX. Née le 30 août 1919 à Paris, décédée en 2008. Employée, journaliste et bibliothécaire. Militante de l’Union des jeunes filles de France (UJFF). Résistante. Membre suppléante du comité central du PCF (1945-1947).
DUMEIX Auguste. Né le 26 février 1915 à Paris, mort le 4 janvier 2002. Professeur de lettres-histoire et géographie en lycée technique. Enseignant à l’École normale nationale d’apprentissage (ENNA) de Paris depuis sa fondation jusqu’en septembre 1976. Syndicaliste (Syndicat des professeurs-stagiaires de l’École normale supérieure de l’enseignement technique, Union fédérale des étudiants, membre du conseil syndical de l’enseignement technique pour l’Académie de Paris 1946-1948). Militant communiste. Membre du cabinet de Maurice Thorez (1946). Rédacteur en chef de l’hebdomadaire La Lumière héninoise à la Libération. Collaborateur de l’Humanité. Directeur de l’Université nouvelle (1951-1972). Membre du comité fédéral de Paris (1959-1972).
Josette Dumeix a déposé une partie de ses archives auprès du PCF au début des années 2000. Elles contiennent de la documentation (documents originaux, fac-similés, photocopies) et des textes de conférences sur la Résistance, des exemplaires originaux de l’Humanité de 1940, des lettres de prisonniers de guerre, des courriers de Rose Blanc, des documents concernant Danielle Casanova, des notes de cours à la première école centrale du PCF de 1945, des documents concernant l’UFF (1952-1958).
Un second dépôt d’archives de Josette et Auguste Dumeix a été effectué par leur fille, Michelle, en juillet 2008. Elles concernent pour l’essentiel les activités d’Auguste Dumeix à la direction de l’Université nouvelle, ainsi que le parcours politique et professionnel de Josette Dumeix, notamment son action pour le développement de la lecture publique en Seine-Saint-Denis et dans les instances dirigeantes de la Maison de la culture de Bobigny.

 DUMONT Yvonne, 1944-1984, 0,3 ml, 294 J (non consultable, non classé).

Née le 3 septembre 1911 à Paris, décédée le 13 mars 2002. Institutrice. Syndicaliste et militante communiste de Seine-Inférieure. Secrétaire de l’Union des femmes françaises (UFF) (1945-1950). Membre du comité central du PCF (1947-1968). Conseiller de la République, sénateur de la Seine (1948-1959).
Ses archives contiennent des documents relatifs à son engagement militant à l’Union des femmes françaises (1944-1977), à la CGT (1967-1975), à la Fédération démocratique internationale des femmes (FDIF) (1959-1975) et au PCF (1956-1984).

 DURAND Pierre, 1949-1973, 1 ml, 361 J (non consultable, non classé).

Né le 30 août 1923, décédé le 31 mai 2002. Militant du PCF. Candidat à plusieurs élections dans le 17e arrondissement de Paris. Résistant. Journaliste à l’Humanité. Historien. Président du comité Buchenwald-Dora Kommandos.
Ses archives ont été déposées en 1987 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BU. Elles se composent de notes manuscrites, de rapports, de revues de presse, de matériel électoral, de discours, etc. portant essentiellement sur ses campagnes législatives et municipales à Paris. À noter aussi une documentation composée de quelques numéros de la revue Études économiques, des textes sur la philosophie, une documentation relative au congrès mondial des partisans de la Paix de 1949 (textes des interventions, résolutions), ainsi qu’une revue de presse sur les années 1968-1969.

 DURET Jean (pseudonyme de KORAL François), 1946-1955, 0,30 ml, 362 J (non consultable, non classé).

Né le 19 septembre 1900 à Varsovie (Pologne), décédé le 4 juillet 1971 à Paris. Économiste marxiste. Adhérent au PCF de 1921 à son exclusion en 1932, puis membre de la SFIO après la seconde guerre mondiale jusqu’en 1948. Syndicaliste, membre du bureau d’études économiques de la CGT créé en 1934, puis responsable de son centre d’études économiques après la seconde guerre mondiale, représentant de la CGT au Conseil économique (1947-1958) puis au Conseil économique et social (1959-1971). Enseignant à l’École pratique des hautes études.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote N. Elles contiennent des interventions à la commission administrative de la CGT, des procès-verbaux des réunions du groupe de travail du Conseil économique pour l’étude de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et de réunions diverses, des brochures sur les questions économiques, de la correspondance, des notes et rapports sur le Plan Schumann et la création de la CECA.

 E

 ESTAGER Jacques, 1939-1945, 0,7 ml, 509J J (non consultable, non classé).

Né en 1921 à Jussey (Haute-Saône), décédé en 1987 à Lille (Nord). Professeur puis journaliste. Militant communiste. Résistant. Rédacteur en chef puis directeur du journal Liberté, journaliste à l’Humanité.
Ses archives, remises au PCF par son fils, ont été déposées en 2016. Elles rassemblent une collection de documents d’archives et d’imprimés originaux produits par les organisations de résistance dans la région Nord-Pas-de-Calais.

 F

 FAJON Étienne, 1927-1991, 3 ml, 295 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 11 septembre 1906 à Jonquières (Hérault), décédé le 4 décembre 1991 à Argenteuil (Val-d’Oise). Instituteur. Dirigeant régional du Languedoc, membre du comité central (1932-1990), du bureau politique (1945-1979), du secrétariat (1954-1956 et 1970-1976) du PCF. Directeur adjoint (1948-1958) puis directeur (1958-1974) de l’Humanité. Responsable de la section éducation du PCF (1936-1939, 1945-1948, 1976-1979). Député (1936-1958 et 1962-1978).
Ses archives étaient conservées au siège du PCF. Elles ont donné lieu à plusieurs inventaires réalisés par les archivistes du PCF, intitulés respectivement : « Discours (1960-1983) », « Notes et discours (1937-1990) », « Dossiers complémentaires (1927-1991) », « 11e au 16e congrès du PCF (1947-1961) », « Le PCF et le problème juif (1967-1974) », « Articles (1965-1984) ». Elles comprennent aussi la dactylographie de l’ouvrage Ma vie s’appelle liberté (1975).

 FEIX Léon, 1937-1972, 0,1 ml, 334 J (instrument de recherche disponible).

Né le 10 janvier 1908 à Forgès (Corrèze), décédé le 28 avril 1974 à Fort-de-France (Martinique). Instituteur (1928-1932). Directeur de coopérative agricole (1932 à 1935). Permanent au PCF. Membre du comité central (1947-1974) et du bureau politique (1954-1961) du PCF. Député (1962-1974).
Ce fonds regroupe, pour l’essentiel, des documents concernant le processus de décolonisation en Afrique du Nord, et le rôle des partis communistes Nord-Africains – Partis communistes algérien, marocain et tunisien – dans ce processus. Il est constitué d’archives rassemblées et produites dans le cadre du suivi de l’actualité de ces pays par la section coloniale du PCF, ainsi que de quelques documents manifestement produits par la section de montée des cadres dont Feix prend la responsabilité au milieu des années 1950.

 FIGUÈRES Léo, 1958-1995, 0,42 ml, 270 J (instrument de recherche disponible).

Né le 27 mars 1918 à Perpignan (Pyrénées-Orientales). Dirigeant national des Jeunesses communistes. Membre suppléant (1945-1956) puis titulaire (1956-1976) du comité central et du secrétariat (1959-1964) du PCF. Responsable de la section intellectuels culture (1961-1964). Directeur des Cahiers du communisme. Maire de Malakoff (1965-1995).
Il a déposé ses archives auprès du service des archives du PCF au début des années 2000. Elles contiennent des dossiers relatifs aux jeunes dans la Résistance, aux intellectuels et à la culture, au Vietnam, de la correspondance adressée à des dirigeants du PCF.

 FONTEYNE Jean, 1940, 0,1 ml, 310 J (instrument de recherche disponible).

Né en mai 1899 à Ledeberg (Belgique), décédé le 22 juin 1974. Avocat. Résistant. Membre du Parti communiste de Belgique (1946-1949). Avocat des parlementaires communistes au « procès des 44 » du printemps 1940. Envoyé en France par les autorités belges en juillet 1940 pour obtenir la libération des internés communistes belges.
Ses archives ont été données en septembre 1974 par son épouse à la Bibliothèque marxiste où elles étaient conservées sous la cote AH. Elles ont trait au procès des députés communistes de 1940 et contiennent des plaidoiries et des interventions de députés.
N.B. : le Centre d’études et de documentation Guerre et sociétés contemporaines de Bruxelles (Belgique) conserve un fonds Jean Fonteyne.

 FRACHON Benoît, 1931-1974, 1 ml, 363 J (non consultable, non classé).

Né le 13 mai 1893 au Chambon-Feugerolles (Loire), décédé le 4 août 1975 aux Bordes (Loiret). Ouvrier métallurgiste. Secrétaire de la CGTU (1933-1936), secrétaire de la CGT (1936-1939), secrétaire général de la CGT (1945 à 1967), président de la CGT (1967 à 1975). Membre de l’Assemblée consultative provisoire (1944-1945). Adhère au Parti socialiste en 1919. Membre du PCF en 1921. Élu au comité central (1926) et au bureau politique (1928) dont il démissionne en 1936 tout en continuant à assister aux réunions. Secrétaire – avec Jacques Duclos – du PCF sur le territoire français durant la période de clandestinité (1939-1944). De nouveau membre – officiellement – du comité central et du bureau politique du PCF (1956-1975).
Ces documents étaient conservés au siège du PCF. Ils comportent : le tapuscrit de son autobiographie et les documents personnels originaux ayant servi à son illustration, des archives relatives au syndicalisme international et à l’activité internationale de la CGT (correspondances, coupures de presse, discours, brochures, documents de congrès internationaux, publications, photographies).
N.B. : l’Institut CGT d’histoire sociale conserve le fonds Benoît Frachon qui contient des articles et interventions politiques.

 FRÉVILLE Jean (pseudonyme de SCHKAFF Eugène), 1946-1971, 0,6 ml, 364 J (non consultable, non classé).

Né le 25 mai 1895 à Kharkov (Russie), décédé en juin 1971 à Paris. Avocat, journaliste, écrivain. Membre du PCF. Critique littéraire à l’Humanité à partir de 1931. Membre du comité de rédaction de La Nouvelle critique (1948-1971). Président de l’Institut Maurice Thorez.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote T. Elles contiennent des tapuscrits annotés et des notes manuscrites non datés relatifs à l’écriture de ses ouvrages (notamment Pain de brique, Plein vent, Lénine), les contrats d’édition pour Lénine, Pain de brique, La misère et le nombre, Mise à mort ou fécondité, une série de lettres adressées à Maurice Thorez, ainsi que le tapuscrit corrigé de Fils du Peuple (il s’agit probablement d’une réédition).

 FRISCHMAN Georges, 1971-1974, 0,10 ml, 328 J (instrument de recherche disponible).

Né le 5 août 1919 à Paris, décédé le 21 mai 2006. Postier. Syndicaliste, secrétaire général de la fédération CGT des PTT (1950-1979). Représentant de la CGT au Conseil économique et social (1951-1955). Membre suppléant (1950-1954) puis titulaire (1954-1985) du comité central du PCF, suppléant (1954-1956) puis titulaire (1956-1976) du bureau politique. Député européen (1979-1984).
Sa famille a déposé ses archives auprès du PCF en 2007. Elles contiennent ses notes manuscrites prises en réunion du bureau politique.
N.B. : l’Institut CGT d’histoire sociale PTT conserve des dossiers documentaires constitués par Georges Frischman.

 G

 GAYSSOT Jean-Claude, 1970-1997, 25 ml, 296 J (non consultable, non classé).

Né le 6 septembre 1944 à Béziers (Hérault). Cheminot. Élu au comité central (1979), au bureau politique (1982), au secrétariat (1985) du PCF. Responsable du secteur entreprises-immigration (1982-1985), de la section d’organisation (1985-1990), du lien avec les fédérations (1990-1996). Député de Seine-Saint-Denis. Maire de Drancy. Vice-président du conseil régional de Languedoc-Roussillon. Ministre des Transports (1997-2002).
Ses archives ont été déposées par ses collaborateurs auprès des archivistes du PCF en 1997. Elles sont consacrées à ses diverses responsabilités au sein des organes de direction du PCF et à ses différents mandats de député de Seine-Saint-Denis.

 GILLOT Auguste, 1925-1997, 0,36 ml, 297 J (instrument de recherche disponible).

Né le 7 février 1905 à Dourdan (Seine et Oise), décédé le 1er septembre 1998. Représentant du PCF au Conseil national de la Résistance. Membre du comité central du PCF (1945-1959) puis de la commission centrale de contrôle financier (1959-1964). Maire de Saint-Denis (1944-1971) puis maire honoraire. Conseiller général de la Seine (1945-1967). Membre de l’Assemblée nationale consultative à la Libération.
Son épouse, Simone Gillot, a déposé une partie de ses archives auprès du PCF au début des années 2000. Elles portent essentiellement sur l’engagement d’Auguste Gillot au PCF (1925-1989), l’organisation de la Résistance et l’activité du Conseil national de la résistance (1941-1948), le travail de mémoire et de témoignage (1934-1997).
N.B. : les Archives municipales de Saint-Denis conservent les archives relatives à l’activité municipale d’Auguste Gillot et le Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne conserve des documents touchant à son rôle dans la Résistance.

 GINDIN Claude, 1954-1977, 0,5 ml, 365 J (non consultable, non classé).

Archives composées de brochures, de tapuscrits, de notes manuscrites, de tracts, de revues, de circulaires, de bulletins, de documents de congrès (résolutions, programmes, listes, rapports, etc.), relatives à l’Union des étudiants communistes (UEC), à l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), à l’Union internationale des étudiants (UIE) et au PCF (section de Limeil-Brévannes – Villecresnes dans le Val de Marne).

 GIRAULT Suzanne, 1944-1968, 0,12 ml, 265 J (instrument de recherche disponible).

Née le 28 juillet 1882 à La Chaux-de-Fonds (Suisse), décédée le 20 septembre 1973 en région parisienne. Institutrice libre en Russie et en Ukraine. Membre du bureau politique du PCF (1923-1925), exclue en janvier 1928, réintégrée en juin 1930. Résistante. Sénateur de la Seine (1946-1958).
Le fonds est composé de photocopies de papiers personnels de Suzanne Girault, dont les originaux sont aujourd’hui détenus par sa petite-fille. Elles permettent d’aborder son parcours, notamment à travers ses écrits, depuis son enfance en Suisse jusqu’à son activité de sénateur, en passant par son implantation en Russie, son adhésion au bolchevisme et son rôle dirigeant en France.

 GLASHENDLER Raymond, 1962-1989, 1,6 ml, 366 J (non consultable, non classé).

Responsable local du PCF. Conseiller municipal de Sucy-en-Brie (Val-de-Marne) (1983-1989).
Ses archives sont composées de tracts, affiches, brochures, périodiques, photographies, correspondances, comptes rendus de réunions, notes manuscrites, matériel électoral, etc. relatives à ses activités militantes et à ses mandats municipaux.

 GOURDEAUX Henri, 1907-1957, 1 ml, 279 J (non consultable, non classé).

Né le 16 décembre 1881 à Épiry (Nièvre), décédé le 2 octobre 1961 à Paris. Commis des PTT. Syndicaliste. Militant socialiste puis communiste. Membre de la commission exécutive de la CGTU (1922-1935), secrétaire de la CGTU (1933-1935). Membre de la commission administrative permanente du Parti socialiste en 1916 (minoritaire). Membre titulaire (1921) puis suppléant (1923) du comité directeur du PCF, membre du comité central (1924-1947) avec une interruption en 1937 pour assurer le secrétariat de la commission centrale de contrôle politique.
Ses archives ont été déposées en 1960 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote G. Elles concernent ses différentes activités : à la Fédération nationale des travailleurs des PTT, au conseil municipal de Paris (notamment sur les questions éducatives), au PCF (comité central, dans différents secteurs de travail, à la fédération de Paris). Elles se composent de ses cartes d’adhérent, de rapports, de correspondance, de comptes rendus de réunions, de résolutions, de coupures de presse et de journaux (notamment des bulletins municipaux de Paris), de notes manuscrites, de tracts, de discours, de photographies.

 GREMETZ Maxime, 1977-2000, 16 ml, 298 J (non consultable, non classé).

Né le 3 septembre 1940 à Canchy (Somme). Dirigeant de la fédération de la Somme. Élu au comité central (1973), au bureau politique (1976), puis au secrétariat (1979) du PCF. Responsable du secteur élections (1976-1979), des relations avec les croyants (1976-1985), de la section de politique extérieure (Polex) (1978 à 1991). Conseiller régional de Picardie (2004-2010), député de la Somme (1978-1981, 1986-1988, 1993-2011).
Ses archives sont consacrées à l’activité dirigeante de Maxime Gremetz dans les instances de direction et les sections de travail du PCF.

 GRENIER Fernand, 1939-1992, 3 ml, 299 J (non consultable, non classé).

Né le 9 juillet 1901 à Tourcoing (Nord), décédé le 12 août 1992 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Employé de mairie. Dirigeant communiste du Nord puis de la région parisienne. Membre du comité central du PCF (1945-1965). Secrétaire national de l’Association des amis de l’URSS (1932-1939). Conseiller municipal (1937-1940) et député de Saint-Denis (1939-1940). Commissaire de l’Air du Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) à Alger (1943-1944). Délégué à l’Assemblée consultative provisoire (1943-1945). Membre des Assemblées consultative et constituante. Député de Saint-Denis (1946-1968).
Ses archives ont été déposées auprès des archivistes du PCF par Gaston Plissonnier. Elles contiennent essentiellement de la documentation, des notes et écrits de Fernand Grenier relatifs au travail de mémoire sur la Résistance et la seconde guerre mondiale. Elles comportent aussi des documents originaux concernant la seconde guerre mondiale (monitoring d’émissions de la BBC, carnets, cartes), ainsi que des disques de ses allocutions à la BBC.

 GROJNOWSKI Michel, 0,7 ml, 367 J (non consultable, non classé).

Né en 1906 à Radziejow (Pologne). Militant de la Jeunesse communiste illégale en Pologne (1922-1928). Membre du Parti communiste et du Secours rouge en Belgique (1928-1929). Adhère au PCF en 1930. Militant dans les structures juives de la CGTU durant les années 1930. Emprisonné en Allemagne (1940-1945). Secrétaire de l’Union des juifs pour la Résistance et l’entraide (UJRE) en 1946. Secrétaire général de l’Association pour la défense de la frontière Oder-Neisse créée en 1950. Directeur de Presse Nouvelle (1967-1978). Responsable (1979-1981) du bulletin Oui la liberté édité par le PCF en direction de la population juive.
Ses archives étaient conservées dans le même bureau que celles de Lucien Hanoun au siège du PCF. Lors du déménagement de ce bureau, elles ont été conditionnées en vrac, indistinctement. Il faudra donc, lors de leur traitement, identifier les producteurs des différents dossiers.

 GUIMIER Jean, 1925-1980, 2,7 ml, 368 J (instrument de recherche disponible).

Né en 1913, décédé en 1975. Enseignant et spécialiste reconnu de l’éducation physique et sportive. Actif à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) et au Syndicat national des enseignants d’éducation physique (SNEP). Militant actif du PCF, co-fondateur et responsable durable de sa commission sportive auprès du comité central.
Ses archives ont été déposées en deux étapes, à la fin des années 1990 et en 2013. Elles concernent l’ensemble de ses activités relatives à l’éducation physique et sportive comme enseignant, militant et expert pendant près de 40 ans : formation, intervention en faveur d’une politique gouvernementale ambitieuse, conseil aux réalisations municipales.
N.B. : le fonds de la Commission sportive du PCF est également conservé aux Archives départementales sous la cote 261 J 21.

 GULON Bernard, 1960-1981, 1 ml, 456 J (non consultable, non classé).

Né le 15 novembre 1925 à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), mort le 4 avril 2013 à Paris ; instituteur puis principal de collège ; syndicaliste, militant pacifiste, militant communiste à Paris, secrétaire national de l’association France-Amérique latine.
Les archives de Bernard Gulon ont été données au PCF en 2013. Elles concernent les différents pans de son activité militante au sein des structures parisiennes du Parti communiste français, notamment sur les questions touchant à l’enseignement, et sur ses responsabilités au Mouvement de la paix, dont il a été le secrétaire du comité parisien dans les années 1970.

 GUYOT Raymond, 1926-1988, 7,5 ml, 283 J (instrument de recherche disponible).

Né le 17 novembre 1903 à Auxerre (Yonne), décédé le 17 avril 1986 à Paris. Employé. Secrétaire de la Fédération des Jeunesses communistes à partir de 1928 et membre du comité exécutif de l’Internationale communiste des jeunes la même année. Secrétaire de l’Internationale communiste des jeunes en 1935 et élu membre du comité exécutif de l’Internationale communiste la même année. Secrétaire de la fédération de la Seine du PCF (1946-1956). Animateur et dirigeant du Mouvement de la Paix. Membre du comité central (1936-1985) et du bureau politique (1945-1972) du PCF. Responsable de la section de politique extérieure (Polex) (1957-1972). Député (1937-1958). Sénateur (1959-1977).
Ses archives ont été déposées en janvier 1978 par sa secrétaire, Carmen Boisseau, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AO avant d’être ramenées au siège national du PCF. Elles ont été complétées au début des années 2000 par des dons successifs de son épouse, Fernande Guyot. Elles contiennent des dossiers relatifs à son procès au début des années 1930, à son rôle dans les organisations de jeunesse (nationales et internationales) depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à la Libération, à son engagement dans la Résistance, aux questions internationales, à la guerre d’Algérie, à ses mandats de dirigeant du PCF, ainsi qu’à ses responsabilités au sein du Mouvement de la Paix et du Conseil mondial de la Paix. À noter la présence dans ce fonds d’une importante documentation sur la seconde guerre mondiale et la Résistance.

 H

 HANOUN Lucien , 0,7 ml, 369 J (non consultable, non classé).

Né en août 1914 à Ouled Riou (Oranie). Professeur de français. Adhère au PCF en 1938. Chargé par le PCF et le Parti communiste algérien de la rédaction de La Voix du soldat à l’adresse du contingent (1955-1956). Arrêté et interné (1956-1961). Fait citoyen algérien en 1963. Collaborateur de la section de politique extérieure (Polex) du PCF.
Ses archives étaient conservées dans le même bureau que celles de Michel Grojnowski au siège du PCF. Lors du déménagement de ce bureau, elles ont été conditionnées en vrac, indistinctement. Il faudra donc, lors de leur traitement, identifier les producteurs des différents dossiers.

 HILSUM François, 1951-1968, 0,1 ml, 327 J (instrument de recherche disponible).

Né en 1929 à Paris. Artiste peintre. Secrétaire général du Mouvement des jeunes communistes (1965-1970). Membre suppléant (1967-1972) puis titulaire (1972-1994) du comité central du PCF. Rédacteur en chef de l’Humanité Dimanche (1985-1990). Directeur des Éditions Sociales (1990-1992).
Il a remis ce fonds à Marie-George Buffet le 28 octobre 2004, à l’occasion d’une cérémonie publique organisée par le PCF pour marquer le 50e anniversaire du début de la guerre d’Algérie en novembre 1954. Il contient une collection assez complète des journaux clandestins originaux édités par le PCF à l’adresse des soldats du contingent : Soldat de France, mais aussi Secteur postal Algérie, Marin de France, Le Parachutiste, Le Contingent, Le Conscrit, Petites et grandes… Nouvelles… de l’armée française. Une photographie de certains des documents figure aussi.
N.B. : les fonds Jean Collet et Raymond Guyot conservés aux Archives départementales contiennent des numéros complémentaires à cette collection.

 HOREAU Hector, 1871-1872, 0,1 ml, 403 J (instrument de recherche disponible).

Né en 1801 à Versailles, décédé le 21 août 1872 à Paris. Architecte. Arrêté comme communard, le 27 mai 1871, incarcéré à Versailles, puis transféré sur un ponton, l’Orne, et ensuite à l’Île d’Aix dans la rade de Rochefort. Libéré en octobre. Durant sa captivité, il réalise une série de dessins à la plume et de gouaches sur le déroulement de la Commune à Paris et sur son lieu de détention.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote A 341. Elles rassemblent les dessins et gouaches réalisés durant son emprisonnement et une lettre destinée à Thiers.

 J

 JÉRÔME Jean (pseudonyme de FEINTUCH Michel), 1921-1981, 0,46 ml, 370 J (non consultable, non classé).

Né le 12 mars 1906 à Solotwina (Ukraine occidentale), décédé le 30 avril 1990. Militant communiste français de stature internationale. Résistant. Responsable de la main-d’œuvre immigrée (MOI). Financier du PCF. Durant les années 1970, il assistait aux réunions du comité central sans en être membre.
Il a déposé ses archives en plusieurs étapes de 1986 à 1987 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BI. Elles sont composées de photographies, de documents d’archives originaux, de notes manuscrites, de notes de lecture, de correspondances, de tapuscrits, de journaux et de coupures de presse, etc. constituant une documentation touchant à divers sujets historiques (marxisme, communisme français et international, patronat, etc.). D’autres archives plus récentes ont trait à son activité de dirigeant du PCF : rapports au comité central, documents du groupe communiste à l’Assemblée nationale, IRM, présidentielles de 1974, etc.

 JOANNES Victor, 1929-1972, 1 ml, 278 J (consultable sur rendez-vous).

Né le 1er août 1912 à Saint-Saturnin-les-Apt (Vaucluse), décédé le 6 janvier 1972 à Paris. Employé de commerce puis commis en douanes. Militant communiste à Marseille. Secrétaire régional puis national des Jeunesses communistes en 1939. Membre du comité central du PCF (1947-1972). Directeur de l’Institut Maurice Thorez (1964-1972).
Ses archives ont été déposées en 1972 à la Bibliothèque marxiste où elles étaient conservées sous la cote U. Relatives pour l’essentiel à ses fonctions à la tête de l’Institut Maurice Thorez, elles contiennent des discours, rapports, exposés, travaux historiques, actes de colloques ou de conférences internationales sur l’histoire du communisme, une documentation sur le communisme composée de brochures, de coupures de presse, d’archives, de tapuscrits, une revue de presse et de la correspondance relatives à l’édition du livre Les communistes dans la Résistance, des carnets de notes personnels et de la correspondance.

 K

 KAHANE Jean-Pierre, années 1970-2000, 0,5 ml, 371 J (non consultable, non classé).

Né le 11 décembre 1926 à Paris. Normalien, agrégé de mathématiques (1949). Docteur ès sciences (1954). Maître de conférences, puis professeur de faculté (1954-1961). Président de la Société mathématique de France (1972-1973), du Comité national français de mathématiciens (1974-1978), de l’université Paris-Sud (1975-1978), de la Mission interministérielle de l’information scientifique et technique (1981-1985), de la Commission internationale de l’enseignement mathématique (CIEM) (1982-1990). Membre du comité central puis du comité national du PCF (1979-1996). Collabore avec René Le Guen au secteur sciences, recherche et technologie (1985-1994).
Il a fait don de ses archives au PCF en 2005. Elles concernent son activité à l’Institut de recherches marxistes, au secteur sciences et technologie – devenu ultérieurement Mouvement des idées – du PCF, à sa participation aux congrès du PCF (notamment le 23e).

 KANAPA Jean, 1969-1990, 1,9 ml, 317 J (instrument de recherche disponible).

Né le 2 décembre 1922, décédé le 5 septembre 1978. Agrégé de philosophie. Rédacteur en chef de La Nouvelle critique (1948-1959). Responsable de l’édition française de La Nouvelle revue internationale. Correspondant de l’Humanité à Moscou (1961-1967). Représentant du PCF auprès du PCUS. Membre suppléant (1959-1964) puis titulaire (1964-1978) du comité central et du bureau politique (1976-1978) du PCF. Responsable de la section de politique extérieure (Polex) (1972-1978).
Ses archives ont été reconstituées à la fin des années 1990 par Gérard Streiff, dans le cadre d’une thèse retraçant sa biographie politique, à partir des dossiers figurant dans le fonds de la section de politique extérieure conservé au siège national du PCF. Elles concernent pour l’essentiel l’activité de Jean Kanapa au sein de la Polex et dans les instances de direction du PCF.

 L

 LAFARGUE Paul, 1861-1910, 0,94 ml, 300 J (instrument de recherche disponible).

Né à Santiago-de-Cuba le 15 janvier 1842, décédé le 25 novembre 1911 à Draveil (Seine-et-Oise). Docteur en médecine. Gendre de Karl Marx. Membre de la première Internationale. Franc-maçon. Fondateur, avec Jules Guesde, du Parti ouvrier français. Vulgarisateur du marxisme.
Ses archives ont été déposées en 1950 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote E. Illustrant non seulement le parcours du journaliste polémiste et de l’homme politique, mais aussi des aspects intimes et familiaux, elles sont constituées entre autres de correspondance familiale (lettres de la mère de Lafargue à son fils, correspondance de Charles Longuet et de Jenny, etc., notamment en anglais) et politique, d’articles manuscrits de Charles Longuet, de notes de lectures manuscrites, de notes, de manuscrits de publications, de coupures de presse et de journaux, d’études (notamment une série de notes manuscrites sur le mythe d’Athéna, une autre sur l’oppression religieuse).

 LAJOINIE André, 1972-1994, 16 ml, 301 J (non consultable, non classé).

Né le 26 décembre 1929. Élu au comité central (1972), au bureau politique (1976), au secrétariat (1982) du PCF. Dirigeant de la commission paysanne (1972-1976) puis de la section agriculture. Directeur de La Terre. Responsable des relations avec les groupes parlementaires (1979-1993). Conseiller régional d’Auvergne de (1978-1988 et 1992-1998). Député de l’Allier (1978-1993 et 1997-2002). Président du groupe communiste à l’Assemblée nationale (1981-1993). Candidat du PCF à l’élection présidentielle de 1988.
Ses archives ont été déposées auprès des archivistes du PCF en 1999 et en 2000. Elles concernent ses responsabilités à la direction du PCF et à la tête de la section agraire, à ses mandats de député et à sa fonction de président de groupe, ainsi qu’à sa campagne présidentielle de 1988.

 LAROCHE Gaston (pseudonyme de MATLINE Abraham), 1945-1964, 0,5 ml, 372 J (non consultable, non classé).

Né le 1er janvier 1898 près de Kiev (Ukraine), décédé le 18 septembre 1977 à Paris. Casquettier. Syndicaliste. Adhérent en 1921 de l’Internationale syndicale de Moscou, des comités syndicalistes révolutionnaires, de l’Internationale communiste et du Secours rouge international. Colonel FTPF chargé vers la fin de 1943 par le PCF d’organiser la coordination de la lutte des « citoyens soviétiques en France ». Responsable de l’Union fédérale des groupements d’anciens engagés volontaires et résistants d’origine étrangère (UGEVRE) après la guerre. Actif à l’Institut Maurice Thorez.
Le fonds est constitué de deux parties. La première, composée de correspondances, en particulier auprès des services du ministère des Anciens combattants pour la reconnaissance ou la décoration d’anciens résistants, de coupures de presse, de journaux, de discours, de listes de résistants, de comptes rendus de congrès d’associations de résistants, est relative aux associations d’anciens combattants après la guerre. La seconde, composée de cahiers de notes, de travaux bibliographiques et archivistiques (notamment sur Maurice Thorez), de notes de lectures, d’archives originales et de tirages de microfilms provenant de Moscou (IML) pour partie axés sur la Résistance étrangère, constituait une documentation personnelle.

 LARRIBÈRE Camille, 1966-1967, 0,1 ml, 373 J (non consultable, non classé).

Né le 3 janvier 1895 à Ferrières (Hautes-Pyrénées), décédé le 24 décembre 1970 à Saint-Denis-du-Sig (Algérie). Docteur en médecine. Militant communiste de la région parisienne et d’Algérie. Membre du comité central du PCF (1924-1931).
Ses archives contiennent un tapuscrit de ses mémoires, intitulées Mission accomplie et évoquant la Résistance, et de la correspondance relative à son écriture et à sa publication.

 LAURENT Paul, 1935-1990, 4 ml, 302 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 1er mai 1925 à Génelard (Saône-et-Loire), décédé le 8 juillet 1990. Agent technique des travaux publics. Adhère au PCF à Paris en 1945. Secrétaire général de l’UJRF en 1954. Membre suppléant (1956-1959) puis titulaire (1959-1990) du comité central, du bureau politique (1964-1990), du secrétariat (1973-1990) du PCF. Secrétaire de la fédération de Paris en 1962. Député (1967-1968 et 1973-1981) et conseiller municipal de Paris.
Ses archives ont été déposées à la documentation du PCF, après sa mort, par son collaborateur Henri Levart, puis remises au service des archives. Elles contiennent des dossiers relatifs à son activité à la fédération de Paris et à la direction nationale du PCF.

 LE GOAS Maurice, 1935-1973, 0,2 ml, 374 J (instrument de recherche disponible).

Élève de Georges Politzer à l’Université ouvrière, ses notes permirent l’édition de l’ouvrage Principes élémentaires de philosophie.
Ses archives ont été déposées en 1987 à la Bibliothèque marxiste. Elles contiennent des notes manuscrites, des schémas de cours, des allocutions à l’Université nouvelle et à l’Université ouvrière.

 LE MAREC Roger, s.d., 0,1 ml, 358 J (non consultable, non classé).

Né le 24 août 1907 et décédé le 2 juin 1988 au Havre (Seine-Inférieure). Docker-charbonnier. Secrétaire du syndicat indépendant, puis du syndicat CGTU des dockers.
Ses archives se composent d’un tapuscrit de ses mémoires rédigées vers 1980, relatif à son action dans la vie syndicale au Havre au début des années 1930 et à son expérience de prisonnier de guerre.

 LE PORS Anicet, 1968-1996, 3,4 ml, 393 J (non consultable, non classé).

Né le 28 avril 1931 à Paris. Ingénieur de formation. Membre du PCF (1958-1994). Membre du comité central du PCF (1979-1993). Sénateur des Hauts-de-Seine (1977-1981), conseiller général des Hauts-de-Seine (1985-1998). Ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives (1981-1984).
Il a fait don de ses archives au PCF en septembre 2008. Elles concernent ses campagnes politiques, notamment les élections européennes de 1994 sur la liste emmenée par Jean-Pierre Chevènement, ses mandats de conseiller général et de sénateur, notamment sa participation à la commission d’enquête sur le naufrage de l’Amoco Cadiz, son activité de militant et de dirigeant communiste (cours à l’École centrale de 1968, participations aux réunions du comité central, aux congrès et aux conférences nationales du PCF), l’Association française des juristes démocrates.
N.B. : les archives du ministre sont consultables au centre des Archives nationales de Fontainebleau.

 LEROY Roland, 1957-1974, 15 ml, 263 J (instrument de recherche disponible).

Né le 4 mai 1926 à Saint Aubin-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Responsable de la Jeunesse communiste dans la Résistance en Seine-Maritime et dans l’Oise. Adhère au PCF en 1943. Secrétaire fédéral de Seine-Maritime (1948-1960). Membre suppléant (1956-1959) puis titulaire (1959-1994) du comité central, du secrétariat (1960-1979), membre suppléant (1964-1967) puis titulaire (1967-1994) du bureau politique du PCF. Responsable de la section jeunesse (1964-1967), responsable de la section intellectuels culture (1967-1974). Directeur de l’Humanité et de l’Humanité Dimanche (1974-1994).
Ses archives étaient conservées au siège du PCF. Les dossiers déjà classés sont relatifs à l’Union des étudiants communistes (1957-1973), l’Union des Vaillants et des Vaillantes (1959-1971), le Mouvement de la Jeunesse communiste de France (1962-1975), l’Union des Jeunesses communistes de France (1959-1968), l’Union des Jeunes filles de France (1962-1970), les Journées nationales sur la jeunesse (1966), les réunions des responsables fédéraux à la jeunesse (1964-1970), la culture et les intellectuels (1963-1974).
Environ 10 ml d’archives complémentaires (1961-1973) sont encore en cours de classement. Elles contiennent de la documentation sur les organisations étudiantes et de jeunesse, sur le gauchisme avant et après mai 1968 ; des notes, rapports, courriers, relatifs au secteur Jeunesse du PCF, au MJCF et à l’UEC ; de la correspondance, documentation, notes sur l’affaire Pierre Daix ; une documentation de presse relative à ses activités de dirigeant communiste et d’élu de Seine-Maritime.
N.B. : les archives du journal l’Humanité contiennent les archives de Roland Leroy constituées lorsqu’il était directeur du quotidien.

 LESER Jacques, 1967-1968, 0,1 ml, 412 J (instrument de recherche disponible).

Né en 1936. Instituteur. Adhère au PCF en 1956. Militant et élu à Bezons : responsable de la section du PCF, Maire adjoint (1965) puis Maire (1979-2001), conseiller général du Val d’Oise.
Ses archives concernent sa formation militante. Elles contiennent des notes et cours de l’école centrale de 4 mois à Choisy-le-roi en 1967 et de l’école léniniste internationale à Moscou en 1968.

 LONGUET Robert-Jean, années 1920-1980, 1 ml, 375 J (non consultable, non classé).

Né le 9 décembre 1901, décédé le 19 mars 1987 à Paris. Fils de Jean Longuet. Avocat et journaliste. Membre du Parti socialiste. Militant anticolonialiste.
Ses archives ont été déposées par sa famille auprès du PCF au début des années 2000. Elles se composent notamment de correspondance, notes manuscrites et autobiographiques, coupures de presse, brochures, pièces judiciaires et commerciales, documentation, etc. illustrant le parcours de Robert Jean Longuet, notamment ses voyages à l’étranger et en particulier aux États-Unis d’Amérique pendant la seconde guerre mondiale, à ses travaux sur Karl Marx et à sa collaboration à l’activité d’associations de défense des libertés.

 LOZERAY Henri, 1919-1965, 2,2 ml, 303 J (instrument de recherche disponible).

Né le 17 mai 1898 à Dreux (Eure-et-Loir), décédé le 13 juillet 1952 à Paris. Ouvrier typographe. Dirigeant des Jeunesses communistes. Membre du comité central et du bureau politique du PCF. Membre de la commission centrale de contrôle financier (1947-1954). Député de Paris (1936-1940, 1945-1946), puis du Cher (1946-1951).
Ses archives ont été déposées en 1960 par la section de politique extérieure (Polex) du PCF à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote I. Elles sont consacrées pour l’essentiel aux questions coloniales, dans le cadre de ses activités de responsable communiste et de parlementaire. Ce fonds, centré en partie sur les colonies d’avant-guerre et sur la guerre d’Indochine, est composé de coupures de presse, de rapports aux instances dirigeantes du PCF et au Parlement – notamment un rapport auquel il apporte sa contribution pour la commission de l’Algérie, des colonies et des protectorats à la suite d’un voyage en janvier et février 1937 –, de brochures, de livres, de carnets de notes, de notes manuscrites, etc. Signalons enfin une importante collection de photographies.

 M

 MAGNIEN Marius, 1926-1961, 1,8 ml, 273 J (instrument de recherche disponible).

Né le 13 juin 1903 à Digoin (Saône-et-Loire), décédé le 21 février 1962 à Paris. Membre du PCF, responsable de la section de politique extérieure (Polex). Rédacteur de la rubrique internationale à l’Humanité.
Ses archives ont été déposées auprès du PCF par son fils, Serge Magnien, au début des années 2000. Elles sont relatives à sa participation à l’École léniniste internationale (1926-1928), à son activité à la section de politique extérieure (Polex), à ses travaux rédactionnels, à ses voyages et reportages en Asie, notamment en Chine.

 MALLERET-JOINVILLE Alfred, 1943-1945, 0,6 ml, 304 J (instrument de recherche disponible).

Né le 15 décembre 1911 à Paris, décédé le 20 février 1960 à Arcueil (Seine). Employé d’assurances. Militant syndicaliste et communiste. Un des dirigeants de « Libération-Sud » en 1942, puis responsable des Mouvements unis de Résistance (MUR) en 1943-1944 avec le grade de général. Membre suppléant (1950-1956) puis titulaire (1956-1961) du comité central du PCF. Député de la Seine.
Ses archives ont été déposées en 1960 par son épouse à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote A. Elles contiennent des Bulletins de renseignements de l’État-major des FFI, des comptes rendus de réunions, des circulaires, des rapports, de la correspondance, des cartes relatives à l’organisation des FFI et l’organisation militaire de la Libération de la France.

 MARCHAIS Georges, 1947-1997, 45,3 ml, 305 J (instrument de recherche disponible).

Né le 7 juin 1920 à La Hoguette (Calvados), décédé le 16 novembre 1997 à Paris. Membre suppléant (1956-1959) puis titulaire (1959-1997) du comité central (puis conseil national), du bureau politique (puis bureau national) (1961-1996), du secrétariat (1961-1994) du PCF. Responsable de la section d’organisation (1961-1970). Secrétaire général adjoint (1970-1972) puis secrétaire général (1972-1994) du PCF. Président du comité de défense des libertés et des droits de l’homme (1980-1997). Député du Val-de-Marne (1973-1997), député européen (1979-1989).
Ses archives ont été déposées par son secrétariat aux archivistes du PCF en 1998. Composées d’interventions et rapports au comité central, de discours publics, d’articles et d’interviews dans la presse, de correspondance, de dossiers politiques thématiques, elles touchent pour l’essentiel à son activité de secrétaire général du PCF et de parlementaire.

 MARTY André, 1917-1942, 3,5 ml, 281 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

Né le 6 novembre 1886 à Perpignan (Pyrénées-Orientales), décédé le 23 novembre 1956 à Toulouse (Haute-Garonne). Ingénieur-mécanicien de la Marine nationale condamné aux travaux forcés comme mutin de la mer Noire (1919). Membre du comité central (depuis 1925), du bureau politique (depuis 1932), du secrétariat du PCF jusqu’à son exclusion en janvier 1953. Député (1924-1955) et conseiller municipal de Paris. Secrétaire de l’Internationale communiste (1935-1943). Organisateur des Brigades internationales.
En provenance de Prague, ses archives ont été déposées en juin 1987 sous forme de neuf sacs à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conditionnées en respectant le plan de classement initial établi par André Marty lui-même. Elles permettent d’aborder différentes facettes de son parcours : mutins de la Mer Noire, le PCF entre les deux guerres, la guerre civile espagnole et la seconde guerre mondiale.
N.B. : le Centre d’histoire sociale du XXe siècle, le Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne et l’Institut français d’histoire sociale conservent également des archives d’André Marty.

 MÉDARD Jacques, 1915-1979, 3,5 ml, 376 J (non consultable, non classé).

Né le 15 avril 1924 à Neuilly-sur-Seine (Seine), mort le 29 juin 1998 à Longjumeau (Essonne). Plombier-couvreur, résistant, permanent du PCF (1944-1966), secrétaire de l’UJRF de Seine-et-Oise (1947-1951), responsable aux cadres de la fédération communiste de Seine-et-Oise (1951-1955), secrétaire des Amitiés franco-chinoises (1955-1964), secrétaire fédéral de Seine-et-Oise et membre de la section de « polex » auprès du comité central (1964-1966), conseiller municipal de Neuilly-sur-Marne (Seine-et-Oise) (1947-1955) et de Longpont-sur-Orge (1977-1989).
Ses archives ont été déposées auprès du PCF par sa famille en 1999. Elles constituent une documentation réalisée dans le cadre de ses travaux historiques, composée de photocopies de documents originaux, de brochures et de livres ayant trait à l’histoire du mouvement ouvrier en Région parisienne depuis la Commune de Paris jusqu’à la fin des années 1970. À noter une série de notices biographiques réalisées sur des militants et dirigeants ouvriers.

 MICHAUT Victor, 1936-1966, 0,5 ml, 271 J (instrument de recherche disponible).

Né le 28 octobre 1909 à Paris, décédé le 16 avril 1974 à Clamart (Hauts-de-Seine). Membre du comité central (1932-1964) et du bureau politique (1947-1954) du PCF. Député de Seine Inférieure. Directeur des Cahiers du communisme, puis rédacteur en chef des Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez.
Ses archives ont été déposées en mai 1980 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BB. Elles concernent ses cours donnés à l’École centrale, des dossiers sur les intellectuels autour de 1956, les organisations étudiantes de la Sorbonne au début des années 1960, la diffusion de l’Humanité.

 MICHEL Louise, [circ. 1870]-1905, 0,1 ml, 377 J (instrument de recherche disponible).

Née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte (Haute-Marne), décédée le 9 janvier 1905 à Marseille (Bouches-du-Rhône). Combattante de la Commune de Paris, puis militante anarchiste.
Ses archives ont été acquises par la Bibliothèque marxiste à une date indéterminée (fin des années 1960 – début des années 1970) et conservées sous la cote AB. Elles se composent de poèmes et pièces de théâtre, textes manuscrits, publications et imprimés, correspondance, photographies.
N.B. : le Musée de l’histoire vivante de Montreuil et la Bibliothèque Marguerite Durand (Paris, 13e arrondissement) conservent également des archives de Louise Michel.

 MIGNOT Élie, 1946-1986, 14 ml, 378 J (non consultable, non classé).

Né le 30 juillet 1909 à Avoine (Indre-et-Loire), décédé le 23 janvier 1992 à Évry (Essonne). Militant et dirigeant communiste en Algérie (1934-1938). Permanent de la section coloniale du PCF, puis de la section de politique extérieure (Polex). Conseiller de l’Union française (1947-1958).
Il a déposé ses archives en novembre 1988 à la Bibliothèque marxiste. Elles concernent essentiellement son activité à la section coloniale puis au sein de la section de politique extérieure (Polex) : documentation sur les pays du Maghreb, du Proche et du Moyen-Orient (revues de presse, collections de revues et de journaux étrangers, brochures, livres, etc.) et archives relatives à son activité de permanent (correspondances avec des partis et organisations étrangers, notes manuscrites, notes à la direction de la section, rapports, comptes rendus d’activité et de réunions, etc.). Une seconde partie du fonds rassemble une documentation historique (coupure de presse, brochures, revues, journaux, photographies, notes manuscrites, archives de l’IML, tracts originaux, etc.) constituée pour la rédaction d’écrits sur l’histoire du PCF, la Résistance et l’histoire coloniale.

 MOINE André, 1943-1969, 0,55 ml, 332 J (instrument de recherche disponible).

Né le 9 juin 1909 à Izieux (Loire), décédé le 29 octobre 1994 à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Ajusteur. Responsable des Jeunesses communistes, puis secrétaire régional du Parti communiste dans les Basses-Pyrénées. Élève de l’École léniniste internationale de Moscou. Interné en Algérie (1941-1943). Responsable à l’organisation du Parti communiste algérien. Emprisonné pendant la guerre d’Algérie (1957 à 1962). Animateur des dialogues entre communistes et chrétiens.
Il a donné ses archives en 1969 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AC. Elles concernent exclusivement son engagement politique en Algérie depuis la fin de la seconde guerre mondiale jusqu’à la fin des années 1960.

 MOLINIER Louis, 1941-1943, 0,1 ml, 329 J (instrument de recherche disponible).

Né le 12 juillet 1902 à Sérignan (Hérault). Ouvrier agricole. Secrétaire de la région communiste du Gard-Lozère dans les années 1930. Interné en 1940, déporté en 1941 en Algérie. Libéré le 25 mai 1943, il milite dans les rangs de la CGT à Alger jusqu’en juillet 1946. Un des fondateurs en 1969 de l’Amicale des résistants déportés, internés et emprisonnés politiques en Afrique du Nord dont il devient président en 1974, à la mort de Léon Feix.
Ses archives et sa bibliothèque ont été déposées auprès du PCF au début des années 2000 par sa belle-fille, Étya Sorel. Elles rassemblent les carnets manuscrits dans lesquels il consignait des cours, des notes de lecture durant son internement au camp de Saint-Sulpice (Tarn) puis à la Redoute de Bossuet (Oranie).

 MORIET Eugène, 1903-1930, 0,3 ml, 379 J (non consultable, non classé).

Né le 11 mai 1873 à Saint-Étienne-des-Guérets (Loir-et-Cher), décédé le 15 janvier 1958 à Tours (Indre-et-Loire). Instituteur. Militant communiste et syndicaliste. Un des fondateurs du syndicat des instituteurs du Loir-et-Cher.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote K. Elles sont composées de tracts, de brochures, de journaux syndicaux, de coupures et de revues de presse, d’affiches, de cahiers de notes, de rapports, d’ordres du jour et de comptes rendus de réunions syndicales, de correspondances, de cartes d’organisations diverses sur son activité d’instituteur, le mouvement syndical et mutualiste chez les instituteurs, la vie politique en Indre-et-Loire, la protection de l’enfance, notamment l’Avenir social, et les questions éducatives.

 MOULLEC Raymond, 1936-1949, 0,8 ml, 380 J (instrument de recherche disponible).

Attaché naval à Madrid pendant la guerre civile espagnole, chef d’État major des Forces navales françaises libres de 1940 à 1942. Chef d’État major de François Billoux, ministre de la Défense, à la Libération. Élu conseiller à l’Assemblée des Nations Unies en janvier 1949. Membre de la commission permanente du Mouvement de la Paix.
Ses archives ont été déposées en 1974-1975 par Pierre Villon et Marie-Claude Vaillant-Couturier à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote Z. Elles concernent son parcours pendant la guerre civile espagnole, dans les Forces françaises navales libres puis au Mouvement de la Paix.

 P

 PAU Camille, fin du 19e siècle-années 1930, 2,5 ml, 381 J (non consultable, non classé).

Les archives qui lui sont rattachées portent un tampon indiquant « Camille Pau, 18 rue Général-Perrier, Nîmes ». En outre, le papier utilisé pour coller les coupures de presse est un double d’une lettre à en tête du journal syndical Le Peuple, signé par « Camille Pau, inspecteur, correspondant pour le Gard ». Inspecteur signifie ici que Pau est chargé de vérifier la distribution de l’organe syndical dans son département.
Archives composées de revues de presse organisées par thèmes : élections, vie politique française, Allemagne, etc., constituées à partir de journaux publiés de la fin du 19e siècle jusqu’à la fin des années 1930.

 PAUL Marcel, 1945 et 1955, 0,1 ml, 331 J (instrument de recherche disponible).

Né le 12 juillet 1900 à Paris, décédé le 11 novembre 1982 à L’Île Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Ouvrier électricien. Secrétaire de la fédération CGTU des Services publics, hospitaliers, éclairage et force motrice (1931-1936), secrétaire adjoint (1936-1937) puis secrétaire général (1937-1939) de la Fédération réunifiée de l’éclairage. Conseiller municipal communiste de Paris (1935-1938). Résistant, déporté à Buchenwald. Député de la Haute-Vienne (1945-1947). Ministre de la Production industrielle (novembre 1945-novembre 1946). Président (1946-1956), secrétaire général (1956-1966), président d’honneur (1966-1982) de la Fédération CGT de l’énergie. Président du conseil central des oeuvres sociales (CCOS). Membre du comité central du PCF (1945-1964). Président-fondateur de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP).
Ces documents ont été remis par Guy Ducoloné à Marie-George Buffet en 2005. Ils concernent l’activité des militants communistes internés au camp de Buchenwald en 1945 : procès- verbaux de réunions, correspondance avec les militants du Parti socialiste.
N.B. : les Archives départementales de la Seine-Saint-Denis conservent le fonds Marcel Paul (245 J) déposé par son épouse, Suzanne Barres-Paul en 2004.

 PEUVRIER Émile, 1946-1948, 0,15 ml, 382 J (instrument de recherche disponible).

Comme l’indiquent ses archives, il a été militant communiste à la cellule de l’hôpital Beaujon et à la section de Clichy, et militant syndical à la section CGT de l’hôpital Beaujon.
Ses archives sont constituées pour l’essentiel de notes manuscrites : comptes rendus de réunions, textes de tracts, discours, rapports, notes prises dans le cadre d’une école fédérale, cahiers de notes. Ce fonds décrit son activité à la cellule de l’hôpital Beaujon, à la section de Clichy, notamment à la commission d’éducation, à la section syndicale CGT de l’hôpital Beaujon ainsi qu’à sa participation au congrès de l’Union syndicale des services publics et de la santé de la région parisienne.

 PLISSONNIER Gaston, 1950-1994, 4,4 ml, 264 J, 1 AV 19640-19642 (instrument de recherche disponible).

Né le 11 juillet 1913 à Bantanges (Saône-et-Loire), décédé le 16 mai 1995. Artisan chaisier. Membre du comité central (1950-1990), du bureau politique (1964-1990), du secrétariat (1956-1990) du PCF. Secrétaire de la commission de contrôle politique (CCCP) (1952-1954). Président de la commission paysanne (1972-1976). Chargé de l’aide à la promotion des militants (1976-1982). Secrétaire administratif puis responsable de la coordination du bureau politique et du secrétariat (1954-1990). Chargé de l’aide aux partis communistes illégaux d’Europe : Portugal, Espagne, Grèce…, de certains pays d’Afrique : Angola…, d’Amérique latine et d’Asie : Iran.
Ses archives ont été déposées après son décès auprès des archivistes du PCF, par sa secrétaire, Ghislaine Villiers. Elles concernent ses prises de paroles et déclarations aux médias (1964-1994), les relations internationales (1954-1990), les sections de travail du comité central (1950-1961), les directions fédérales (1965-1969), la situation des juifs en URSS (1963-1971), les relations avec les « partis frères » (1961–1970), les relations PCF-PS (1956-1977), la Tchécoslovaquie (1967-1979), le secrétariat du PCF (1968-1970), la culture et les intellectuels (1953-1954 et 1964), la guerre d’Algérie (1958-1962).

 PONTY Andrée, 1894-1976, 0,15 ml, 274 J (instrument de recherche disponible).

Née le 19 mai 1908 à Paris. Militante communiste, sœur d’un résistant communiste mort en déportation.
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste. Elles contiennent des dossiers relatifs à son frère, Gabriel Ponty, mort en déportation à Auschwitz à la fin 1942 (1929-1968), à ses parents, Françoise et Gabriel Ponty (1894-1947), à ses activités militantes et à son parcours professionnel (1921-1976).

 POPEREN Claude, 1973-1980, 0,4 ml, 383 J (non consultable, non classé).

Né le 22 janvier 1931 à Angers (Maine-et-Loire). Ouvrier métallurgiste. Syndicaliste chez Renault à partir de 1949, secrétaire général du syndicat CGT Renault (1958-1967), élu au bureau de la fédération des Métaux en 1962. Adhérent et dirigeant de l’UJRF. Membre suppléant (1967-1970) puis titulaire (1970-1987) du comité central, membre suppléant (1970-1972) puis titulaire (1972-1987) du bureau politique du PCF. En charge de l’activité des fédérations (1970-1987). Démissionne du bureau politique en 1987 et quitte le PCF en novembre 1991. Animateur du mouvement des Reconstructeurs au sein du PCF, puis de l’Alternative, Démocratie, Socialisme (ADS) et de la Convention pour une alternative progressiste (CAP) après son départ.
Ses archives ont été déposées en octobre 1986 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote BG. Elles se composent de coupures de presse, de tracts, de rapports, de comptes rendus de réunions, de notes manuscrites au sujet du Programme commun et du procès intenté à un militant à Belfort (1980).
N.B. : l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) conserve le fonds Claude Poperen.

 POULMARC’H Jean, 1933, 0,1 ml, 330 J (instrument de recherche disponible).

Né le 9 décembre 1910 à Paris, fusillé le 22 octobre 1941 à Chateaubriant (Loire-Inférieure). Membre du comité central des Jeunesses communistes en 1936. Élu secrétaire général du syndicat CGT des industries chimiques de la région parisienne en 1938.
Ses archives sont constituées par un cahier de notes manuscrites prises lors de son séjour et de sa participation à une école en URSS en 1933.

 R

 RABATÉ Octave, 1930-1942, 0,1 ml, 322 J (instrument de recherche disponible).

Né le 13 mai 1899 à Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir), décédé le 8 juillet 1964 à Suresnes (Seine). Ouvrier mécanicien. Secrétaire des Jeunesses communistes (1923). Secrétaire de la fédération unitaire des Métaux et membre de la commission exécutive de la CGTU (1923-1927). Membre du comité central du PCF (1925-1927). Envoyé de l’Internationale syndicale rouge (ISR) en Amérique latine. Émissaire de l’Internationale communiste en Espagne (1930-1932). Secrétaire de l’union régionale CGTU bordelaise (1933-1935). Secrétaire du mouvement Amsterdam-Pleyel (1935-1937). Résistant et déporté. Directeur de publication de l’Humanité (1957-1964).
Ses archives ont été déposées auprès du PCF par son fils, Jean Rabaté. Elles se composent de notes autobiographiques, de documents relatifs à son séjour à Moscou et son arrestation pendant l’Occupation, ainsi que de diapositives.
N.B. : l’Institut CGT d’histoire sociale conserve un fonds Jean Rabaté.

 RENOULT Daniel, 1900-1958, 0,6 ml, 276 J (non consultable, non classé).

Né le 18 décembre 1880 à Paris, décédé le 17 juillet 1958 à Montreuil-sous-Bois (Seine). Correcteur d’imprimerie et journaliste. Un des fondateurs du PCF, membre de son comité directeur (1920-1922). Maire adjoint (1935-1940) puis maire (1945-1958) de Montreuil-sous-Bois. Conseiller général de la Seine.
Ses archives ont été déposées en 1958 à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote D. Elles se composent de notes manuscrites, correspondance, discours, coupures de presse, tracts, comptes rendus et procès-verbaux de réunions relatives à ses activités syndicale durant l’entre-deux guerres, et politique à la SFIO puis au PCF, à la situation dans les Balkans (années 1930 et 1940) et à son activité journalistique.
N.B. : le Musée de l’histoire vivante de Montreuil-sous-Bois conserve un fonds Daniel Renoult contenant de la correspondance, des brochures, des cartes postales et des imprimés divers.

 ROCHET Waldeck, 1er dépôt, 1944-1971, 4,5 ml, 307 J (instrument de recherche disponible), 2e dépôt, 1893-2005, 2,9 ml, 314 J (instrument de recherche disponible)

Né le 5 avril 1905 à Sainte-Croix (Saône-et-Loire), décédé le 15 février 1983 à Nanterre (Hauts-de-Seine). Maraîcher. Secrétaire de la région lyonnaise du PCF. Membre suppléant (1936-1937) puis titulaire (1937-1976) du comité central, suppléant (1945-1950) puis titulaire (1950-1976) du bureau politique, du secrétariat (1959-1972) du PCF. Secrétaire général (1964-1972). Responsable de la liaison avec les fédérations dans les années 1960. Député (1936-1940 puis 1945-1973), président de la commission de l’Agriculture de l’Assemblée nationale (1946-1947). Membre du Conseil national économique (1936-1940).
Ses archives ont été déposées par le chauffeur de Georges Cogniot, en mars 1978, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AR, avant d’être ramenées au siège national du PCF en avril 1980 et déposées auprès des archivistes du PCF en 1994. Une partie a été empruntée en 1985 par le secrétariat de Georges Marchais qui les a rendues en 2000. Elles sont relatives à l’activité nationale et internationale de Waldeck Rochet comme secrétaire général du PCF et comme député de la circonscription d’Aubervilliers-La Courneuve (Seine-Saint-Denis).
Un fonds complémentaire conservé par sa famille a été donné au PCF en 2007 et déposé aux Archives départementales. Il contient en particulier des papiers miltaires, des documents touchant au procès et à l’emprisonnement de W. Rochet durant la seconde guerre mondiale, des dossiers relatifs à son activité en matière agricole.

 S

 SADOUL Jacques, 1924-1953, 0,1 ml, 384 J (non consultable, non classé).

Né le 22 mai 1881, décédé le 18 novembre 1956 à Paris. Avocat. Membre du Parti socialiste, du Groupe communiste français de Moscou (1918-1920), du PCF (1920-1956).
Ce dossier contient une brochure de Marcel Cachin, un recueil d’articles et une note sur André Marty.

 SECLET-RIOU Fernande, 1926-1996, 0,66 ml, 315 J (instrument de recherche disponible).

Pédagogue. Professeure de lycée. Inspectrice de l’enseignement primaire. Membre du PCF et de l’UFF. Rapporteur de la commission du plan Langevin-Wallon.
Ses archives étaient conservées pour une part à la Bibliothèque marxiste et pour une autre au siège du PCF. Elles se composent de ses travaux et de ses interventions sur les questions de l’enfance, de la femme, de la pédagogie et de l’éducation. Elles concernent aussi sa participation à la commission parlementaire Langevin-Wallon.

 SEMARD Pierre, 1917-1927, 0,1 ml, 262 J (communicable sous la cote 2 Num 5 / 1, instrument de recherche disponible).

Né le 15 février 1887 à Bragny-sur-Saône (Saône-et-Loire), fusillé le 7 mars 1942 à la prison d’Évreux (Eure). Secrétaire général de la Fédération CGT des cheminots. Secrétaire général du PCF (1924-1928).
Ces dossiers, fragiles, ont été numérisés et ne sont consultables que sur CD. Ils contiennent des papiers personnels, des notes et de la correspondance concernant les relations du PCF avec l’Internationale communiste.

 SOLOMON Jacques, 1934-1939, 0,2 ml, 385 J (non consultable, non classé).

Né le 4 février 1908 à Paris, fusillé le 23 mai 1942 au Mont-Valérien. Physicien. Membre du PCF (1934-1942).
Ses archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote M. Elles contiennent des notes de lectures économiques, scientifiques, littéraires, philosophiques, politiques, des comptes rendus de lectures, d’articles scientifiques et politiques (dont certains rédigés par lui-même), des coupures de presse, des études bibliographiques, des cours de l’Université ouvrière.

 SORIA Georges, s.d., 0,5 ml, 386 J (non consultable, non classé).

Né le 24 septembre 1914 à Tunis (Tunisie), décédé le 9 octobre 1991 à Paris. Écrivain et publiciste communiste.
Ses archives, non datées, sont constituées de manuscrits et de tapuscrits (parfois corrigés) de romans et pièces qu’il a écrits seul ou en collaboration, notamment avec Alain Decaux et Robert Hossein.

 T

 TÉRY Simone / VIOLLIS Andrée, 1903-1965, 2,2 ml, 395 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).

TÉRY Simone. Née le 28 janvier 1897 à Carcassonne (Aude), décédée le 12 décembre 1967 à Paris. Agrégée de Lettres. Romancière. Journaliste (envoyée spéciale en Espagne pendant la guerre civile). Membre du PCF (1935-1967).
VIOLLIS Andrée, sa mère. Née le 9 décembre 1870 à Les Mées (Alpes de Haute Provence), décédée le 10 août 1950 à Paris. Journaliste, écrivain, grand reporter pour Vendredi et Ce Soir, notamment en Espagne républicaine et dans les colonies françaises. Résistante.
Ces archives étaient conservées à la Bibliothèque marxiste sous la cote J. Elles se composent essentiellement des travaux de Simone Téry comme journaliste et romancière : coupures de presse, journaux et revues, pièces d’archives, carnets de notes, correspondances, manuscrits et tapuscrits d’articles et d’ouvrages, photographies, pièces concernant les procès intentés contre Simone Téry dans le cadre de son activité de journaliste. Elles comprennent également des travaux d’Andrée Viollis : essentiellement des coupures d’articles publiés dans divers journaux, mais aussi des manuscrits, de la documentation, des correspondances, notamment sur les femmes, l’Afrique du Nord, l’Indochine, l’Espagne. Signalons encore des articles publiés par le père de Simone Téry, Gustave Téry, remontant au début du XXe siècle.

 TOUCHARD Auguste, 1939-1964, 2 ml, 324 J (instrument de recherche disponible).

Né le 17 juillet 1892 et décédé le 28 juin 1978 à Paris. Ouvrier tourneur à la RATP. Militant syndicaliste. Conseiller municipal communiste de Paris. Interné à Maison Carrée (Algérie). Membre de l’Assemblée consultative (démissionnaire en décembre 1944), membre de l’Assemblée constituante. Conseiller municipal de Paris, député de la Seine en 1946. Membre de la commission centrale de contrôle financier du PCF en 1947.
Ses archives ont été déposées en décembre 1978 par Jean Burles à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote AV. Elles contiennent des carnets de cours remplis lors de ses internements au Puy (Haute-Loire) en 1940 puis à Maison-Carrée (Algérie) en 1940-1942, des notes personnelles, de la correspondance et des copies de correspondance, des notes de stages d’élus, des documents concernant l’activité de la délégation du comité central du PCF en Algérie, des dossiers touchant aux activités des élus de Paris et des parlementaires.

 TURPIN Louis, 1945-1974, 1,3 ml, 387 J (non consultable, non classé).

Cimentier, militant du PCF, élu au conseil municipal de Paris.
Ses archives ont été déposées en 1975 du siège national du PCF à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote O. Elles se composent de correspondance, publications officielles, notes, documentation administratives, relatives à son activité militante dans le 9e Arrondissement et à son mandat d’élu de Paris.

 V

 VIEUGUET André, 1959-2000, 1,1 ml, 388 J (non consultable, non classé).

Né le 11 mars 1917, décédé le 16 novembre 2006. Instituteur. Résistant. Secrétaire de la fédération d’Indre-et-Loire au lendemain de la seconde guerre mondiale, secrétaire de Jacques Duclos. Membre suppléant (1959-1964) puis titulaire (1964-1985) du comité central, suppléant (1967-1970) puis titulaire (1970-1979) du bureau politique, du secrétariat (1967-1976) du PCF. Responsable de la section d’organisation (1967-1976). Directeur des Cahiers du communisme (1976-1985).
Ses archives sont composées de coupures de presse, articles dactylographiés, rapports, notes, notes manuscrites, brochures, documents de congrès relatifs notamment à la préparation et au déroulement des congrès du PCF, aux questions de politique extérieure, aux relations avec les fédérations des Alpes-Maritimes.

 VINCENT Madeleine, 1981-2001, 0,8 ml, 389 J (non consultable, non classé).

Née le 4 mai 1920 à Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), décédée le 22 novembre 2005 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Résistante, déportée. Secrétaire de l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF). Secrétaire nationale de l’Union des jeunes filles de France (UJFF). Active à l’Union des femmes française (UFF). Membre du comité central (1954-1996) et du bureau politique (1970-1990) du PCF. Animatrice durant les années 1960, puis responsable du secteur femmes (1970-1979). Responsable du secteur élections (1979-1990) avec Marcel Rosette (1979-1987), Jean Wlos (1985-1990), Robert Clément (1985-1990), Robert Hue (1987-1990). Responsable des relations avec les comités régionaux (1990-1996) auprès de Jean-Claude Gayssot. Fondatrice de l’association « Femmes et communistes ».
Ses archives ont été déposées auprès du PCF en 2006 par son conjoint, Guy Ducoloné. Elles contiennent de la documentation : bulletins, brochures, journaux, coupures de presse, etc., des mémoires, discours, cours, tracts, notes manuscrites, comptes rendus et procès-verbaux de réunions, notices biographiques, correspondance, consacrés à l’histoire des femmes communistes et à la création et l’activité de l’association « Femmes et communistes ».

 VOTTERO Pierre, 1898-1977, 0,35 ml, 390 J (non consultable, non classé).

Né le 29 juillet 1898 à Marseille (Bouche-du-Rhône), décédé en décembre 1982. Marin sur le Voltaire en 1919, condamné à 10 ans de détention et à la dégradation militaire comme « mutin de la mer Noire ». Amnistié en août 1922. Militant au PCF, à l’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), au Secours rouge international.
Ses archives, composées de notes, notes manuscrites, manuscrit d’un ouvrage, cahier de notes, correspondance, avec François Billoux notamment, concernent son travail rédactionnel consacré à ses mémoires et à la mémoire des mutins de la mer Noire.

 W

 WARD SMITH Marion, 1936-1952, 0,1 ml, 275 J (instrument de recherche disponible).

Citoyenne américaine originaire de New York. Journaliste. Elle aurait séjourné à partir de 1936 à Paris et en Grande-Bretagne. De nouveau en France au moment de l’invasion allemande de 1940, elle est alors ambulancière. Avec l’aide des Anglais, elle part à Brazzaville puis rejoint les troupes de la France libre à Beyrouth en 1942.
Ses archives sont composées d’un passeport, de cartes et de laissez-passer, de lettres, de manuscrits et de tapuscrits. Elles renseignent sur le parcours de Marion Ward Smith avant et pendant la guerre, et contiennent certains de ses écrits d’après-guerre.

 WILLARD Marcel, 1940-1957, 1,2 ml, 308 J (instrument de recherche disponible).

Né le 25 juillet 1889 et décédé le 17 février 1956 à Paris. Avocat à la Cour d’appel. Secrétaire du groupe des avocats communistes. Secrétaire général à la Justice à la Libération. Membre du Conseil de la République.
Ses archives ont été déposées en 1975 par son fils, Claude Willard, à la Bibliothèque marxiste où elles ont été conservées sous la cote H. Elles se composent de coupures de journaux et de revues de presse, de notes manuscrites, de pièces de procédures (mémoires, correspondances, rapports, procès-verbaux d’interrogatoires, etc.) et concernent essentiellement les affaires politiques traitées par Marcel Willard en tant qu’avocat (notamment les affaires Ali Yata, Gerber et Souquière, Molinot, Gosnat, Raymonde Dien).

 WÜRTZ Francis, 1980-1994, 20 ml, 391 J (non consultable, non classé).

Né à Strasbourg le 3 janvier 1948. Membre du secrétariat de la fédération du Bas-Rhin en 1973, collaborateur de Georges Marchais (1976), élu au comité central en 1979, au bureau politique en 1990, responsable de la section de politique extérieure (Polex) (1992-1999). Secrétaire du Comité de défense des libertés et des droits de l’homme en France et dans le monde (1980). Député européen depuis 1979.
Ses archives ont été déposées par son secrétariat auprès des archivistes du PCF en 1998 et en 2000. Elles ont été constituées pour l’essentiel au cours de son passage à la direction de la section de politique extérieure (Polex). Elles sont composées d’une large documentation : revues, coupures de presse, traductions d’articles, de correspondance, de notes, de rapports, de comptes rendus de réunions, de coupures de presse, d’articles, de discours… Elles concernent ses différents fonctions et mandats, son activité au parlement européen, dans les instances de direction du PCF (au comité central et au bureau politique) et à la direction de la section de politique extérieure (Polex).

 Z

 ZAIDNER Marcel, 1958-1996, 3,1 ml, 392 J (non consultable, non classé).

Né en 1930. Ouvrier fraiseur. Adhérent à l’Union de la jeunesse républicaine de France (UJRF) et au PCF. Permanent du PCF dans les années 50, secrétaire de la fédération Seine-Sud, suppléant au comité central en 1964, titulaire en 1967, responsable de la section des cadres (1970 à 1979), puis de la section jeunesse et sport.
Il a déposé ses archives auprès des archivistes du PCF en 1994. Elles sont composées de notes, de notes manuscrites, de courriers, de documentation (coupures de presse, journaux, bulletins, etc.), de rapports, de convocations et de comptes rendus de réunions, d’articles. Elles sont relatives à son activité au secteur jeunesse et dans ses commissions : notamment la commission sportive et la commission enfance, au sein de la délégation du comité national pour l’Humanité et l’Humanité Dimanche, aux relations PCF/PSU, au suivi du Comité national de soutien de la lutte de libération des colonies portugaises (CNSLCP), au suivi des fédérations et à l’activité du comité régional du Centre.
En décembre 2010, il a déposé ses documents relatifs aux réunions du comité central (rapports, interventions, notes, comptes rendus) de 1958 à 1996.