L’histoire des politiques publiques locales en Seine-Saint-Denis

Aubervilliers : Usines le long du canal, rive gauche. Sylvie Chabert d’Hyères, 1/06/1983. Droits réservés Sylvie Chabert d’Hyères - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (A 229 5). {JPEG}Aubervilliers : Usines le long du canal, rive gauche. Sylvie Chabert d’Hyères, 1/06/1983. Droits réservés Sylvie Chabert d’Hyères - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (A 229 5).Attaché à l’histoire des banlieues et des politiques publiques locales, j’ai eu l’occasion de consulter plusieurs fonds documentaires conservés aux Archives départementales de la Seine-Saint-Denis dans le cadre de plusieurs projets : le quarantième anniversaire de la création de ce département (1964-2004), l’histoire des partis politiques et de l’Union de la gauche ou l’histoire du Grand Paris. Parmi les fonds documentaires les plus originaux que renferment les Archives départementales, il convient de citer ceux déposés par le Parti communiste français, par le journal l’Humanité et par certaines fédérations de la CGT.

Pour les chercheurs, qui porteraient un intérêt à la désindustrialisation et les reconversions économiques, à la gentryfication de l’espace urbain et aux politiques de peuplement ou encore à la mobilisation et la paupérisation des populations des quartiers populaires, les Archives départementales la de Seine-Saint-Denis donnent à découvrir des documents de première importance (archives de la Préfecture, archives syndicales, archives associatives, archives politiques…) qui croisés les uns aux autres permettent de mieux percevoir les logiques de métropolisation des territoires suburbains et de déconstruction des anciennes sociabilités ouvrières qui ont marqué l’histoire de la banlieue parisienne. Ces fonds d’archives reposent sur différents supports textuels, iconographiques et filmographiques, qui permettent aux chercheurs d’enrichir leurs analyses et de « l’incarner ».

Enfin, la qualité des inventaires et la disponibilité des archivistes permettent une consultation optimale des fonds d’archives. Les Archives départementales veillent également à valoriser la richesse de leurs fonds, en y associant les enseignants chercheurs, les témoins et les dépositaires de fonds documentaires, dans le cadre de journées d’études, de colloques ou d’expositions pour le grand public.

Emmanuel Bellanger
Chargé de recherche du CNRS au Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Décembre 2013