Les archives familiales de Settimo Ceccarelli

Un italien en Seine-Saint-Denis.

Reconstruction des voies SNCF de Noisy-le-Sec, 1946 (1J 469/26) {JPEG}Reconstruction des voies SNCF de Noisy-le-Sec, 1946 (1J 469/26)Settimo Ceccarelli est né le 29 mars 1896 à Sambuca Pistoese (Toscane, Italie). En 1922 ou 1923, en raison de ses opinions politiques, il fuit le régime de Mussolini et se réfugie en France. Durant les années 1930, il est engagé comme manœuvre aux Usines Richard au Blanc-Mesnil. En décembre 1939, il s’engage dans l’armée française. Fait prisonnier, il est interné au « Frontstalag 122 » de Compiègne dont il est libéré en 1941. Il participe ensuite à la Résistance dans un bataillon « garibaldien » des Forces Françaises de l’Intérieur. Après guerre, il travaille à la reconstruction des voies de chemin de fer à Noisy-le-Sec (1946), aux usines Babcock & Wilcox à La Courneuve (1947), avant de retourner aux Usines Richard (1948), plus proches de son domicile. En 1948, il reçoit la nationalité française. Il meurt le 13 janvier 1980 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Passeport italien, 1933 (1J 469/6) {JPEG}Passeport italien, 1933 (1J 469/6)Les documents qui constituent ce petit fonds ponctuent un itinéraire marqué par la constance des convictions et, après le départ d’Italie, la volonté tenace de s’investir dans tous les domaines – y compris en s’engageant dans l’armée régulière puis dans la Résistance - pour s’intégrer pleinement et définitivement à la société française.

Ses papiers personnels et familiaux ont été donnés aux Archives départementales par ses filles, le 9 mars 2017. Ils documentent un trajet singulier qui s’inscrit plus généralement dans l’histoire du territoire de l’actuelle Seine-Saint-Denis, en particulier celle de l’arrivée de populations migrantes en provenance d’Italie durant la première moitié du 20e siècle.

Consulter l’instrument de recherche