Pour une recherche en histoire urbaine

Bobigny : Nouvelle église, construction du clocher. Sylvie Chabert d’Hyères, 1<sup class="typo_exposants">er</sup> mai 1981. Droits réservés Sylvie Chabert d’Hyères - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (1665 A 163/9). {JPEG}Bobigny : Nouvelle église, construction du clocher. Sylvie Chabert d’Hyères, 1er mai 1981. Droits réservés Sylvie Chabert d’Hyères - Archives départementales de la Seine-Saint-Denis (1665 A 163/9).Pour comprendre et écrire l’histoire urbaine de l’actuel département de la Seine-Saint-Denis au XXe siècle, les fonds des Archives départementales sont incontournables. Sur ce territoire, l’histoire du logement social et de son contraire, le mal logement, ne peuvent, en effet, s’écrire sans consulter les nombreux fonds conservés à Bobigny.

La reconstruction des villes sinistrées et de la plus bombardée d’entre elles, Noisy-le-Sec, fait l’objet d’archives qui complètent opportunément celles des communes concernées. De même, en dehors des archives de la résorption, l’histoire des bidonvilles dans le Département se nourrit d’archives apparemment sans rapport, par exemple celles de l’aménagement du réseau autoroutier. Les archives privées des architectes Hess et Magnien se sont, de la même façon, révélées riches de documents et plans concernant le projet de résorption du bidonville du Franc-Moisin à Saint-Denis conçu par Serge Renaudie et l’Atelier de Montrouge.

L’histoire des grands ensembles et, plus généralement, celle de l’urbanisation des Trente Glorieuses, est aussi très présente au sein des fonds publics des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis. Elles rendent compte, notamment, de projets non réalisés qui souvent permettent de comprendre la forme de tissus urbains transformés dans cette perspective et dont l’histoire s’était perdue avec l’abandon de cet aménagement.

La rénovation urbaine et la lutte contre l’habitat insalubre constituent une autre grande richesse archivistique des Archives départementales à découvrir, pour mieux saisir toute son importance dans l’histoire contemporaine du Département.

Par ailleurs, l’histoire du logement ne se construit pas seulement avec les versements des administrations concernées, elle croise aussi l’histoire des hommes et des idées. De ce point de vue, les archives du journal l’Humanité, celles du Parti communiste français ou, par exemple, les archives privées de Francis Cohen, se révèlent des sources très importantes. Enfin, les fonds d’images fixes et animées (cartes postales, photographies de l’Humanité, films amateurs ou militants) constitue une source absolument indispensable pour la recherche en histoire urbaine, qu’elle soit ponctuelle ou au long cours.

Benoît Pouvreau,
Service du patrimoine culturel, DCPSL, Conseil général de la Seine-Saint-Denis
Décembre 2013

EN IMAGES