Sociétés de production audiovisuelle

ATRIA, Association technique de recherches et d’informations audiovisuelles et ATRIASCOPE, coopérative de production et diffusion des films africains, 1973-2003, 33,8 ml, 257 J (instrument de recherche disponible).
Cette structure, cofondée en 1980 et animée par Andrée Davanture jusqu’à sa dissolution en 2001, a prolongé sous forme associative des activités initiées en matière de cinématographe par le ministère de la Coopération au début des années 1960. À ce titre, elle a bénéficié d’une subvention du ministère de la Coopération et du Centre national de la cinématographie qui lui ont permis de développer une politique de conseil, d’aide à la réalisation et à la diffusion auprès de nombreux cinéastes africains.
Ses archives papier, déposées en 2004, se composent de documents budgétaires et comptables, de courriers avec les réalisateurs et les professionnels du cinéma, de dossiers de production de films, de nombreux scénarios, de documentation (livres, revue) et d’une collection d’affiches de films africains.
Voir aussi les rubriques Archives audiovisuelles et Documents figurés.

La Cathode, 1986-2013, 12 ml, 482 J (non communicable, non classé).
Créée en 1985, l’association (initialement nommée La Cathode vidéo) a réalisé de nombreux films de fictions et documentaires autour de deux axes principaux : la prévention en direction d’un public jeune et l’initiation à l’audiovisuel par des ateliers s’adressant essentiellement aux collégiens. Fortement ancrées dans la banlieue, et en particulier en Seine-Saint-Denis, ces initiatives étaient soutenues par le Conseil régional d’Île-de-France, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports de la Seine-Saint-Denis. Depuis quelques années, La Cathode a réalisée dans le cadre de chantiers d’insertion un web TV (consultable ici).
À partir de 1988, l’association a déposé plus de 2 500 supports audiovisuels aux Archives départementales à des fins de conservation. Fin 2013, devant la baisse de l’aide des pouvoirs publics, elle a été mise en liquidation. Elle a alors fait don au Conseil général d’un fonds « papier » composé de documents relatifs au fonctionnement de la structure, de la documentation sur les films produits et réalisés, des dossiers de tournage, de la correspondance et des revues de presse.
Voir aussi rubrique Archives audiovisuelles.

Coopérative de production et de distribution du film (CPDF) et SARL Unité – cinéma - télévision (UNICITE) , 1945-1994, 19,6 ml, 206 J (instrument de recherche disponible).
Déposées en 2000 par Ciné-archives, association chargée de la préservation et de la valorisation du patrimoine cinématographique du Parti communiste français (PCF) et du mouvement démocratique, ces archives ont été constituées essentiellement par deux structures de production audiovisuelle créées successivement par le PCF pour les besoins de sa propagande audiovisuelle : la coopérative de production et de diffusion du film (CPDF) et la SARL Unité/cinéma/télévision (UNICITÉ). Elles documentent une expérience singulière d’appropriation militante des techniques et des supports audiovisuel en lien avec une réflexion sur la propagande sur fond de transformation du paysage et des usages médiatiques politiques.
Voir aussi la rubrique Archives audiovisuelles.

Improductions - matériau documentaire du film Le Fantôme de Dugny , 1995, 0,6 ml, 464 J (non consultable, non classé).
Improductions est une association loi de 1901, agréée Jeunesse Éducation Populaire par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Elle rassemble depuis 1988 des techniciens de l’audiovisuel, des animateurs, des formateurs, des photographes. Son action est orientée vers la production audiovisuelle d’auteurs et la médiation culturelle. Elle réalise des films et des actions de communication sociale avec des associations, des entreprises, des institutions et télévisions.
En 1995, elle a déposé le matériau documentaire (photographies, reproductions de documents d’archives, enregistrements sonores) du film Le Fantôme de Dugny, évocation du bombardement de la ville en 1943.
Voir aussi la rubrique Archives audiovisuelles.

Iskra, 1971-1995, 0,15 ml, 81 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
Voir aussi les rubriques Archives audiovisuelles.

JBA productions, 1993-1996, 2,6 ml, 45 J, 82 J, 173 J, 194 J (instrument de recherche disponible en salle de lecture).
Voir aussi les rubriques Archives audiovisuelles.

Périphérie Association, 1984-2003, 4 ml, 436 J (non consultable, non classé).
Association fondée en 1983 par Jean-Patrick Lebel et Claudine Bories suite au regroupement de l’atelier audiovisuel de la MC93 et de l’atelier audiovisuel du Théâtre de la Commune à Aubervilliers. Elle a également donné naissance à une société de production dénommée Périphérie production puis Périfilms. Périphérie produit des films de création ainsi que des films institutionnels, le plus souvent sur commande du Conseil général de la Seine-Saint-Denis, dont un magazine mensuel L’Antenne est à nous. À côté de son activité de création audiovisuelle, elle développe une mission d’éducation à l’image et d’animation qui se manifeste par la mise en place de « Rencontres du cinéma documentaire » et d’une activité d’aide à la production. En 2002, la cessation d’activité de la société de production aboutit à la réorganisation du fonctionnement de l’association Périphérie qui se recentre sur quatre missions : l’aide à la création, l’éducation aux images, la diffusion et enfin la valorisation du patrimoine cinématographique.
Ses archives se composent principalement de documentation (synopsis, notes de tournage, scénario, affiches) sur les films produits, ainsi que de documents relatifs à la création de l’association.
N.B. : les Archives départementales conservent également les archives personnelles de Jean-Patrick Lebel sous la cote 457 J.